Ronan Lucas a recruté Kevin au sein du Team Banque Populaire en 2006 et travaillé à ses côtés durant près de 10 ans. Du maxi-trimaran en passant par le monocoque, les deux hommes ont partagé ensemble de nombreuses aventures maritimes et Ronan suit aujourd'hui avec attention le nouveau challenge de son ex-collaborateur... 

Chaque semaine jusqu'au départ du Vendée Globe, nous vous proposons de découvrir le regard d'un proche sur Kevin. Pour cette première, la parole est donnée à Pascal Bidégorry ! Un temps collègues au sein du Team Banque Populaire, les 2 hommes ont ensuite parcouru toutes les mers du globe à l'occasion de deux campagnes Volvo Ocean Race.

Après une cinquième place au goût quelque peu amer décrochée sur les 48h Azimut, Kevin avait à cœur de terminer cette semaine de compétition sur une bonne note. C’est chose faite avec cette belle victoire signée sur le Tour de Groix. Accompagné d’une partie de son équipe technique, le skipper de PRB a bouclé le parcours de 17 milles en 2 heures 29 minutes et 47 secondes devant Apivia et V and B. Ultime rendez-vous avant le Vendée Globe, ce Défi Azimut a tenu toutes ses promesses et c’est plus que jamais déterminé et avec le plein de confiance que Kevin aborde cette dernière ligne droite avant son premier tour du monde en solitaire.

Plongez quelques instants dans l'ambiance à bord de l'IMOCA PRB la nuit passée.

Rendez-vous devenu incontournable au fil des ans, le Défi Azimut réunit cette semaine à Lorient 19 IMOCA pour cinq jours de compétition. Après une 8e place (ex-aequo avec MACSF) décrochée lors des Runs hier avec un temps de 3’51’’, Kevin Escoffier s’apprête à prendre à 15h30 cet après-midi le départ des 48h Azimut.

Après un mois de chantier à Port-la-Forêt, l’IMOCA PRB a retrouvé ce matin son élément. A 74 jours du départ de son premier tour du monde en solitaire, Kevin Escoffier n’a désormais qu’un seul objectif, naviguer le plus possible ! Dès la semaine prochaine, il reprendra le chemin des entraînements avec le Pôle Finistère Course au Large, puis participera au Défi Azimut à Lorient du 9 au 13 septembre.  

A leur arrivée aux Sables d’Olonne, tous les skippers de la Vendée Arctique-Les Sables d’Olonne n’avaient qu’un mot pour décrire ces dix jours de régate à couteaux tirés : intense !  De l’engagement, de la bagarre, des jours et des nuits sans relâche … c’est ce qu’était venu chercher Kevin Escoffier sur cette dernière grande répétition avant le Vendée Globe ! Pour sa première course en solitaire à bord de PRB, le skipper n’a pas été déçu et il n’a pas déçu non plus. Il termine sur une belle 5e place après avoir joué à de multiples reprises les trouble-fêtes chez les leaders. C’est Jérémie Beyou (Charal) qui s’impose devant Apivia (Charlie Dalin) et LinkedOut (Thomas Ruyant).  

C'est une nuit compliquée que Kevin Escoffier vient de passer. Positionné sur une route nord, moins directe, il reconnait ne pas avoir fait le bon choix de trajectoire, tant le vent fut instable en force et direction dans cette zone-là. « Ce ne sont pas vraiment les conditions attendues. Je me suis retrouvé plus d’1h30 dans une zone moins ventée et j’ai dû effectuer plusieurs changements de voile. Il aurait été préférable de suivre une route plus directe mais c’est comme ça ! Il faut regarder devant désormais ! »

Dernière répétition générale avant le Vendée Globe, la Vendée Arctique - Les Sables d’Olonne tient décidément toutes ses promesses et ce n’est pas Kevin Escoffier qui dira le contraire. Pour sa première course en solitaire à bord de l’IMOCA PRB, le Breton reconnaît prendre beaucoup de plaisir à naviguer depuis le début et surtout il en apprend tous les jours sur lui, et sur son bateau mis à l’eau il y a dix ans. Alors que le dénouement de l’épreuve doit avoir lieu dans la nuit de mercredi, Kevin s’attaque désormais au dernier bord pour rejoindre les Sables d’Olonne. Actuellement 3è à la lutte avec Thomas Ruyant (LinkedOut), le skipper de PRB sait que la bagarre sera rude pour accrocher le podium, mais il compte bien tout mettre en œuvre pour y parvenir !

Changement radical d'ambiance ! Après un samedi en mode grandes vitesses avec des pointes à plus de 22 nœuds, Kevin a dû gérer, comme prévu, une zone de vents faibles cette nuit. Alors 2è derrière Jérémie Beyou (Charal), le skipper de PRB a vu revenir ses poursuivants, Thomas Ruyant (LinkedOut) et Charlie Dalin (APIVIA). Positionnés plus au sud, ces derniers ont pu allonger un peu plus la foulée que le monocoque vendéen et ont repris les commandes.

La Vendée Arctique Les Sables d’Olonne, première du nom, tient décidément toutes ses promesses ! Alors que le trio de tête, Ruyant, Dalin et Beyou s’était échappé, virant dans cet ordre la bouée UNESCO hier en fin de matinée, les 3 solitaires se sont retrouvés piégés au sein d’une zone sans vent dans l’entame de la descente. Un ralentissement qui a profité au groupe de poursuivants dont Kevin faisait partie avec Samantha Davies et Boris Herrmann, et qui a ainsi pu recoller de manière significative.

Kevin vient de laisser à bâbord la marque virtuelle située au sud-ouest de l'Islande. Au coude à coude avec Initiatives Coeur de Samantha Davies, le skipper de PRB s'empare finalement de la 5è place.

C’est une belle nuit de glisse qui vient de s’achever pour Kevin Escoffier ! Poussé par un vent de sud-ouest d’une quinzaine de nœuds, le compteur de l’IMOCA PRB n'est que rarement descendu en dessous des 18 noeuds. 

Ralenti par quelques soucis techniques (de Grand-Voile et de cloison de barre d’écoute) depuis 48 heures, Kevin a enfin pu renouer avec la vitesse et rattraper un peu de terrain cette nuit sur les concurrents échappés devant. Il progresse actuellement en 6è position à 27 milles du duo de tête, Charlie Dalin (APIVIA) et Jérémie Beyou (Charal) qui se livrent une superbe bagarre !

Jacques Caraës, le directeur de course le disait ce matin, la Vendée Arctique - Les Sables d’Olonne sollicite énormément les bateaux et c’est un véritable défi que de les garder en état dans les conditions de vent et de mer rencontrées depuis le départ de la Vendée samedi.  Kevin Escoffier à bord de PRB a dû gérer un trou qui s’est formé dans la grand-voile après le passage de la première dépression et s’est aperçu hier soir qu’une partie de la cloison de barre d’écoute était décollée. Explications.

Joint à la vacation de midi par l'équipe communication de la Vendée Arctique Les Sables d'Olonne, Kevin est revenu sur ces deux premiers jours de course. Solidement accroché à la 4ème place, le skipper de PRB profite d'un peu de répit avant de rencontrer dès demain une nouvelle dépression sur la route vers l'Islande.

C’est une nouvelle nuit très intense que les 19 solitaires* de la Vendée Arctique Les Sables d’Olonne viennent de passer. Dans des conditions musclées avec des rafales allant jusqu’à 35 nœuds et une mer formée Kevin a dû enchaîner les virements de bord près de la côte Irlandaise. Des manœuvres stratégiques qui n’ont eu de cesse de modifier le classement en tête de flotte, l’IMOCA PRB s’emparant même de la place de leader le temps de quelques heures.

Après cette première nuit en mer qui n’aura laissé que peu de repos aux concurrents, Kevin Escoffier occupe la 2è place. Bien entouré par deux foilers dernière génération, LinkedOut de Thomas Ruyant (1er) et Charal de Jérémie Beyou (3è) l’IMOCA PRB tient le rythme, déjà très soutenu, de ce début de course.

Parti hier après-midi en convoyage de Port-la-Forêt, l’IMOCA PRB a rejoint la zone de départ de la Vendée-Arctique Les Sables d’Olonne ce matin. Toujours accompagné par Damien Guillou et Loïc Féquet, membres de son équipe technique, Kevin Escoffier a profité de ces quelques heures de stand-by en mer pour travailler une dernière fois la météo avec Marcel Van Triest. Et celle-ci promet de donner du fil à retordre aux 20 solitaires engagés. En effet, les conditions attendues en direction de l’Irlande s’annoncent soutenues avec du vent fort et une mer très formée à l’approche de la pointe Sud-Ouest de l’île... Le bon départ de la flotte cet après-midi dans une vingtaine de nœuds de secteur Ouest et de la houle a ainsi donné le ton de ce que vont être les prochains jours de navigation durant lesquels le vent va forcir progressivement.

Demain à 15h30 Kevin Escoffier prendra le départ de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne à laquelle participent 20 bateaux. Dernière grande confrontation avant le Vendée Globe, cette course imaginée par la classe IMOCA pendant le confinement est l’occasion pour le skipper de PRB d’éprouver son 60’ en conditions de course après un important chantier hivernal. L’occasion aussi d’engranger de précieuses heures de compétition en solitaire face à une bonne partie des adversaires que Kevin retrouvera le 8 novembre prochain sur la ligne de départ du Vendée Globe.

 

Cette période de confinement a aiguisé un peu plus l’envie de naviguer de Kevin Escoffier. A cinq mois du Vendée Globe, le skipper de PRB ne rate pas une occasion de sortir à bord du bateau orange. Entouré de son équipe technique, il teste, valide ou modifie les moindres détails du bateau à bord duquel il va s’élancer dans cinq mois pour son premier Vendée globe. 

 

Avec trois courses disputées la saison passée (la Rolex Fastnet Race, le Défi Azimut et la Transat Jacques Vabre) ainsi qu’un convoyage retour, l’arrêt au stand de l’IMOCA PRB était indispensable. Sorti d’eau en décembre, le 60’ vendéen est depuis entre les mains de l’équipe technique qui travaille d’arrache-pied afin qu’il retrouve son élément début avril. S’en suivra un programme intense en solitaire pour Kevin Escoffier avec 2 transats et le Vendée Globe en fin d’année.

Un bateau entre les mains depuis juillet. Trois courses dont la Transat Jacques Vabre. Trois podiums avec Nicolas Lunven. Un premier convoyage retour en solitaire. Des rencontres, du partage, d'intenses émotions...

Parti de Salvador de Bahia dimanche 17 novembre, Kevin a rallié Port-la-Forêt cette nuit après un peu plus de 2 semaines passées en mer. Lire la suite... 

C'est seul aux commandes de l'IMOCA PRB que Kevin a quitté Salvador de Bahia dimanche en fin de journée. Cette transat retour effectuée en solitaire est l'occasion pour le Malouin d'engranger de nouveaux milles et de s’approprier le bateau, cette fois, en solo.

C’est sous un soleil au zenith que Kevin Escoffier et Nicolas Lunven ont fait leur entrée dans la Baie de Tous les Saints.

Kevin Escoffier et Nicolas Lunven ont franchi la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre ce dimanche 10 novembre à 17h 04mn 42s (heure française).

Dernières heures en mer pour Kevin et Nicolas qui ne sont plus qu’à 420 milles de la ligne d’arrivée. Sur la 2ème marche du podium provisoire les 2 hommes s’attachent en ce moment à faire avancer le plus vite possible leur bateau, car si devant APIVIA semble intouchable, derrière cela revient fort ! Charal, qui on se souvient, n’a pas été épargné par le Pot-au-Noir est en effet de retour dans le match et ne cesse de gagner des places. Désormais parti en chasse du 60’ PRB, le foiler dernière génération de Jérémie Beyou impose un rythme soutenu face auquel Kevin et Nicolas bataillent dur, leur IMOCA étant moins rapide dans ces conditions. Au pointage de 14h00, l’écart entre les 2 bateaux est de 35 milles, avec des vitesses équivalentes… Cette dernière portion de course vers Salvador de Bahia s’annonce donc sous haute tension !

Mais qu’il fut long ce Pot-au-noir ! Après plus de 2 jours passés dans la zone intertropicale, Kevin et Nicolas en sont sortis et renouent depuis ce matin avec la vitesse, pour leur plus grand plaisir ! L’IMOCA PRB pointe ce midi à la 2è place à 239 milles d’APIVIA. Le nouveau foiler skippé par Charlie Dalin et Yann Eliès semble bien parti pour s’adjuger la victoire dans la Baie de Tous les Saints… Mais derrière tout est encore possible ! 

Entrés dans le Pot-au-Noir dans la nuit de mardi à mercredi, Kevin Escoffier et Nicolas Lunven y sont toujours et pour au moins 24 heures encore. Au sein de cette zone intertropicale où s’affrontent les Alizés des 2 hémisphères, le duo PRB s’attache à faire avancer son 60’ orange et noir du mieux qu’il peut afin de grappiller chaque petit mille. Car le duo le sait, les mètres gagnés en ce moment seront autant de confort pour aborder le sprint final vers Salvador de Bahia où l’allure sera alors plus favorable aux nouveaux foilers. Deuxièmes ce midi Kevin et Nicolas accusent un retard de 130 milles sur le leader APIVIA et sont toujours à la lutte avec Banque Populaire. 

On le disait imprévisible, brutal, capable de redistribuer les cartes, le Pot-au-Noir de cette Transat Jacques Vabre n’a pas failli à sa réputation. Si les premiers bateaux de la flotte, les Multi50, ont pu le traverser sans être trop ralentis et mettent désormais cap vers Salvador de Bahia, il en est tout autre pour les IMOCA qui se trouvent en plein dedans en ce moment. Ces derniers doivent en effet se dépêtrer d’une situation météo très complexe, où épisodes orageux et absence totale de vent se succèdent, sans pouvoir les prédire… Dans ce véritable casse-tête chinois, le duo PRB semble pour le moment s’en sortir sans trop fléchir et occupe la troisième place au pointage de 12h00.

S’il y a bien deux choses qui caractérisent le Pot-au-Noir, c’est sa complexité et son inexactitude. Alors il n’est pas étonnant que les dernières nouvelles reçues du bord en prennent quelque peu les traits…

Pas de changement en tête de flotte en ce 8ème de jour de course. Le leader Charal emmené par le duo Beyou/Pratt dispose toujours d’un solide matelas de plus de 70 milles. Mais juste derrière, la bataille fait rage ! D’un côté entre 11th Hour Racing et APIVIA, de l’autre entre PRB et Banque Populaire. Ces 4 bateaux se livrent un match passionnant ! Cinquièmes au dernier pointage Kevin Escoffier et Nicolas Lunven laissent en ce moment à bâbord les îles de l’archipel du Cap-Vert. Il s’agit désormais pour les deux hommes de négocier au mieux leur entrée dans le Pot-au-Noir, qu’ils feront demain en soirée.

Septième jour de course et déjà près de 1 850 milles avalés pour l’IMOCA PRB, solidement accroché à la 4è place à une centaine de milles du leader Charal. Apivia, ralenti hier, a réaccéléré et se trouve à 40 milles de l’étrave du monocoque vendéen. Le groupe de l’ouest se recale peu à peu sur la route des sudistes et accuse un gros retard sur les leaders de la course. Maitre Coq progresse à plus de 400 milles du tableau arrière de Charal !

Bientôt une semaine que le duo PRB a pris le départ de la Transat Jacques Vabre et malgré une pénalité qui leur a fait perdre du terrain, Kevin et Nicolas restent dans le match !

La nuit passée a encore été sportive, rapide et humide pour Kevin et Nicolas qui pointent ce matin en 5ème position au large des côtes du Maroc à 67,5 milles du leader Charal. Dans un vent très instable de 25 à 30 nœuds les 2 hommes n'ont pas lâché les réglages enchaînant les empannages (virement par vent arrière) toute la nuit. Lire la suite...

Moteur, dessalinisateur, pénalité, tout cela est désormais derrière le duo PRB Kevin et Nicolas ont réenclenché le mode régate et compte bien rattraper les concurrents partis devant !

Lors de la première nuit de course, Kevin Escoffier et Nicolas Lunven ont dû gérer un problème technique sur le dessalinisateur. Alors qu’il tentait de réparer, Kevin Escoffier a donné un coup de coude qui a embrayé le moteur. Cela a entrainé la rupture du plomb de l’arbre d’hélice. Kevin a immédiatement signalé le problème à la direction de course et a pu replomber dès la réparation effectuée puisque chaque équipage possède à bord des plombs de rechange en plastique numérotés fournis par l’organisation pour pallier ce type de problème.

Après les réparations effectuées sur le dessalinisateur et le moteur, on sent que Kevin Escoffier et Nicolas Lunven naviguent plus libérés. Hier, les deux hommes ont choisi de passer entre le DST du Cap Finisterre et la côte espagnole, une route qui leur a permis de croiser devant le reste du paquet du Sud.

Après 48 heures de course, Kevin Escoffier et Nicolas Lunven à bord de PRB prouvent toute la force de leur duo. Dans le vent fort du début de course puis au près dans un vent moins soutenu, les deux hommes ont réussi à maintenir une belle trajectoire et à progresser suffisamment vite pour accrocher le groupe de tête alors qu’ils étaient aux prises avec des problèmes de dessalinisateur et de moteur.

Après un départ empli d’émotions hier au Havre, le duo Kevin Escoffier / Nicolas Lunven est très vite rentré dans le match. Les premières heures de course de cette Transat Jacques Vabre ont été studieuses et ont laissé peu de répit aux hommes de PRB et à toute la flotte des IMOCA. Lire la suite...

C’est à 13h15 ce midi que le coup de canon a retenti, libérant ainsi les 59 bateaux engagés sur cette 14è édition de la Transat Jacques Vabre ! Un bon départ pour l’ensemble de la flotte au sein de laquelle le duo PRB a filé dans le paquet de tête en direction de la première bouée. Il semblerait donc que les propos de Nicolas Lunven avant de quitter les pontons ce matin aient été respectés à la lettre par les deux marins ! Alors que les concurrents louvoient près des côtes normandes, tous ont déjà les yeux rivés sur les prochaines heures de course car elles s’annoncent très stratégiques. Route Nord ou Sud, des choix différents s’offrent aux duos pour contourner la dépression présente sur l’Atlantique. Ajoutez à cela un renforcement du vent jusqu’à 20/25 nœuds en sortie de Manche et vous obtiendrez tous les ingrédients d’un début de course palpitant !