Actualités

Les vidéos envoyées du bord par Vincent Riou parlent d’elles-mêmes… Le skipper de PRB est heureux d’être en mer à la bagarre avec deux autres favoris de ce Vendée Globe, Armel Le Cleac’h et François Gabart.

En quelques instants, Vincent Riou et son PRB sont passés de l’automne, dans l’hémisphère nord, au printemps, dans le Sud. C’est en effet à 14 heures aujourd’hui que le skipper a franchi l’équateur, changeant ainsi de saison.


« Déluge », « grains incroyables », « bascules de vent incessantes » selon Bernard Stamm. « Nuit de dingue », « de la folie »,


En ce 9ème jour de course, mieux vaut avoir un moral d’acier… Le Pot au Noir est si imprévisible que les solitaires pourraient bien y perdre leur sang froid ! Au classement de 8h ce matin, aucun doute

Le groupe de tête du Vendée Globe est passé cette nuit et ce matin sous le vent des îles du Cap Vert.  Vincent poursuit sa descente vers le Sud à la cinquième place du classement, 93 milles dans le tableau arrière de Banque Populaire.

Bien calés dans l’alizé de Nord Est, les leaders du Vendée Globe continuent leur descente vers le Sud. Les conditions sont idéales pour faire avancer les bateaux même si la vie à bord demeure humide ! Le pont est souvent sous l’eau en fonction de la toile portée à l’avant et les cirés sont toujours de rigueur.

La nuit a été éprouvante pour Vincent Riou. Depuis hier en fin d’après-midi, le skipper de PRB a dû jouer avec des vents très faibles qui ont ralenti sa progression.

 

Ce n’est pas encore totalement le bonheur à bord des 60’ en tête du Vendée Globe mais on commence à s’en approcher. Comprenez que le mode « shaker » devrait bientôt être désactivé

Hier soir, PRB est sorti des effets de la dorsale qui l’avait ralenti toute la journée. La progression vers le front libérateur s’est fait très lentement. Vincent n’ayant avancé que d’une cinquantaine de milles sur la journée !

En moins de 24 heures, Vincent Riou a perdu 8 places au général. Perdues ces places ? Il faudrait plutôt dire placées car le skipper de PRB a choisi hier soir d’investir dans l’Ouest, bien conscient qu’il ne toucherait pas tout de suite les dividendes de ce positionnement.  

Deux jours de course et déjà deux abandons. Hier, c’est Safran qui jetait l’éponge pour un problème de quille. Aujourd’hui c’est Kito de Pavant qui est contraint de laisser là ses rêves de Vendée Globe après avoir heurté un chalutier.