Actualités

Vincent était très ému ce matin en vacation. Longs silences, voix tremblante,…  le skipper de PRB n’a pu cacher son immense déception.

Le Vendée Globe est la course la plus intransigeante qui soit. C’est ce qui fait sa beauté mais aussi sa dureté. On peut ainsi passer du chaud au froid en quelques minutes au sens propre comme au sens figuré. Vendredi, alors qu’il animait la tête de course en troisième position derrière Armel Le Cleac’h et François Gabart, Vincent décrivait une situation idyllique. « C’est la belle vie » nous disait-il alors. Son PRB n’avait connu aucun problème technique depuis le départ des Sables d’Olonne. Il démontrait toute sa capacité à bien figurer dans la course pour laquelle il a été imaginé. Hier, le ciel s’est assombri d’un coup au-dessus du monocoque orange.

 

Vincent a commencé la réparation de la coque de PRB. Parallèlement, les réflexions se poursuivent au sujet du tirant de l’outrigger. Vincent échange régulièrement avec Denis Glehen (ingénieur en charge

A la vacation ce matin, Vincent est revenu en détail sur son avarie. Depuis 7 heures du matin (HF), le skipper de PRB cherche toutes les solutions

Vincent vient d’envoyer la première photo des dégâts sur la coque de PRB suite à la collision de ce matin. La déchirure sur la coque est longue d’environ 

A 7h00 ce matin, Vincent Riou prévenait son équipe à terre suite à une collision avec un objet flottant. Le skipper qui était à la table à table à cartes au moment des faits a pu sortir immédiatement après le choc et voir que l’objet qui venait de heurter PRB était une tonne de port (grosse bouée métallique).

Les vidéos envoyées du bord par Vincent Riou parlent d’elles-mêmes… Le skipper de PRB est heureux d’être en mer à la bagarre avec deux autres favoris de ce Vendée Globe, Armel Le Cleac’h et François Gabart.

En quelques instants, Vincent Riou et son PRB sont passés de l’automne, dans l’hémisphère nord, au printemps, dans le Sud. C’est en effet à 14 heures aujourd’hui que le skipper a franchi l’équateur, changeant ainsi de saison.


« Déluge », « grains incroyables », « bascules de vent incessantes » selon Bernard Stamm. « Nuit de dingue », « de la folie »,


En ce 9ème jour de course, mieux vaut avoir un moral d’acier… Le Pot au Noir est si imprévisible que les solitaires pourraient bien y perdre leur sang froid ! Au classement de 8h ce matin, aucun doute

Le groupe de tête du Vendée Globe est passé cette nuit et ce matin sous le vent des îles du Cap Vert.  Vincent poursuit sa descente vers le Sud à la cinquième place du classement, 93 milles dans le tableau arrière de Banque Populaire.