Actualités

C’est à 15h30 (HF) que Vincent Riou s’est élancé seul à bord de son PRB pour une traversée de l’Atlantique direction New York. Quelques minutes plus tôt alors qu’un front passait sur Plymouth brossant le ciel d’une brume et d’une pluie fine, Vincent affichait un sourire discret et un regard serein. Entouré jusqu’au dernier moment de son équipe technique, c’est lui qui semblait le plus relaxé, trouvant les bons mots pour rassurer ceux qui préparent avec lui, depuis plusieurs mois, ce rendez-vous important de la saison.
Une fois arrivé sur la zone de course, l’équipe a peu à peu quitté le bord, laissant Vincent seul face à son défi : remporter cette transat entre Plymouth et New York. « The Transat, c’est la transat de légende. C’est la transat la plus engagée que je connaisse. C’est une transat en accéléré avec des conditions souvent difficiles. Des conditions très différentes et des transitions quotidiennes voire plusieurs fois par jour. C’est une transat qui est physique mais intellectuellement intéressante car il faut en permanence se remettre en cause et réfléchir » a confié Vincent à plusieurs reprises alors que le départ approchait.

Une Transat et six candidats à la légende

Face à lui, cinq redoutables concurrents armés pour la plupart de bateaux nouvelle génération qui devront comme le skipper breton entrer rapidement dans la course. Le vent relativement calme au départ (15 nœuds de sud-ouest) va vite se renforcer pour atteindre dans quelques heures 25 nœuds de nord-ouest. Conformément aux analyses de Vincent hier, les premières heures de course pourraient être déterminantes. « Il va falloir arriver à trouver un moment pour naviguer vite dans l’après-midi tout en observant les conditions que j’aurais sur zone et en regardant les prévis de la fin d’après-midi. Ce sont ces fichiers qui seront décisifs et qui forgeront ma route pour au moins la première semaine de course » analysait le skipper de PRB quelques minutes avant de larguer les amarres.
La météo va en effet contraindre les skippers à des choix de route assez radicaux dès le début de la course pour s’appuyer soit sur une dépression au nord soit sur l’anticyclone au sud. Ce matin, à la lecture des derniers fichiers, la route sud semblait plus favorable. Vincent attendra le dernier moment pour se positionner et dévoiler sa stratégie : « Aujourd’hui, la route est plutôt à la faveur du sud mais on verra bien ce soir. Les priorités vont être dans les choix stratégiques, pas forcément dans la vitesse. Il va quand même falloir aller vite car il n’est pas question de se faire distancier par les adversaires mais il faudra prendre le temps de bien analyser les données pour faire les bons choix. Le tout, en allant très vite en Manche avec des cargos partout ! Ce ne sont pas des conditions faciles car le vent assez faible au moment du départ va se renforcer très vite. Il y aura quelques changements de voiles à faire. Il va falloir être capable de cumuler tout ça et garder la tête froide pour faire les bons choix ».

Le vainqueur de la dernière Transat Jacques Vabre sait trop combien l’exercice du solo est différent et exigeant surtout quand il s’agit d’une traversée de l’Atlantique Nord. Mais il attendait ce rendez-vous avec envie depuis plusieurs mois maintenant. Et il n’a qu’une intention : rendre la copie la plus propre possible. « J’espère arriver dans 12 jours à New York, c’est un bon objectif » a-t-il lancé, amusé, en quittant Sutton Harbour.

A Plymouth, le temps s’accélère. Dans moins de 24 heures, les six monocoques de 60’ inscrits sur The Transat bakerly s’élanceront pour une traversée de l’Atlantique Nord de 3 050 milles. Du côté de PRB, les visages sont détendus. Vincent profite de ses derniers moments à terre en famille tandis que l’équipe technique raye les derniers points sur la job-list. Le skipper de PRB garde simplement un œil permanent sur une météo qui ne cesse d’évoluer depuis plusieurs jours. Une météo qui va dicter des choix importants dès la ligne franchie. Deux options s’ouvrent aux skippers : une route passe quasiment par les Açores et permet aux bateaux de glisser sous l’anticyclone au reaching tandis que l’autre fait monter par 56° nord et oblige les skippers à gérer une dépression avec du vent soutenu.

 

Selon Vincent, ce choix de route devra être effectué entre le moment du départ et au maximum six heures après le coup d’envoi. Dans ce laps de temps, le skipper de PRB devra décider et se projeter sur les dix jours à venir. Un choix radical et sans retour. « Ce sera une décision importante car si tu dois changer d’avis quatre heures après, c’est trop tard. Tu es parti pour 10 jours. Il y aura le monde de droite et le monde de gauche. Il y a une version « au piolet » et une version tout schuss avec le spi. Mais pour l’instant ni l’une ni l’autre n’est garantie. C’est compliqué. Ce qui est certain, c’est qu’il n’y aura pas moyen de recroiser au milieu. Je choisirai ce qui me semble être le mieux au bon moment. Si tu te trompes, ça peut être plié 12 heures après le départ ! La route sud est plus sûre avec une moyenne de vent à 15 nœuds quand là-haut, tu as une moyenne à 25 ou 30 nœuds. Tu as un mètre de vagues en bas, alors que tu as 5 mètres en haut. Ce n’est pas la même route ! A chaque fois que la route nord passe, on arrive avec une journée d’avance dans la zone des glaces. Si tu es enfermé dans le sud et que ça commence à bien passer par là-haut… Tu n’auras pas eu beaucoup de mer ni beaucoup de vent en effet mais tu es à peu près sûr d’arriver loin derrière les gens qui vont gagner à New York ! »  commente Vincent, routages à l’appui.

 

Dès mardi matin, les choix seront connus et devront surtout être assumés par les solitaires. C’est donc sans round d’observation que vont se jouer ces joutes atlantiques. Avec six bateaux de compétences similaires au départ, il y a peu de chances de voir des dissidents selon le skipper de PRB. « A six bateaux, il y a moins de risque qu’un bateau parte à l’envers de la piste. S’il y avait eu des bateaux de catégorie intermédiaire, ils auraient pu tenter de combler leur déficit de performance en faisant un choix de route différent. Mais il n’y a que des bateaux performants. On verra » poursuit Vincent.

 

Dans ces conditions, les premières heures de course vont être passionnantes et déterminantes. PRB quittera le ponton de Sutton Harbour vers 14h30 HF avant de s’élancer tribord amure dans du vent medium d’ouest nord ouest (15h30 HF précisément). Il y a fort à parier qu’au moment du départ,  Vincent aura déjà fait son choix. Mais lui seul le connaitra.

Pour Vincent Riou, ce sera la troisième participation à The Transat.

Depuis lundi soir, PRB est à quai dans le port de Plymouth et le team s’active autour du bateau pour peaufiner les derniers détails.

Après avoir percuté un morceau de bois lors du convoyage vers Saint-Malo, Vincent Riou avait choisi de ne pas disputer le prologue de The Transat bakerly

Alors qu’il convoyait le bateau vers Saint-Malo en vue du prologue de The Transat Bakerly, Vincent Riou a tapé un morceau de bois qui a légèrement endommagé la quille de PRB.

Après 10 semaines de chantier, l’Imoca PRB de Vincent Riou a été remis à l’eau ce matin à Port-La-Forêt.

Explications de Vincent Riou

Vincent Riou profite de la trêve hivernale pour naviguer sur d'autres supports.

Après sa victoire en double sur la Transat Jacques Vabre, Vincent Riou attaque la saison 2016 en solitaire.

Le monocoque PRB a fait un long voyage retour depuis le Brésil après la victoire sur la Transat Jacques Vabre. Chargé sur un cargo avec d’autres 60’ de la course, le bateau orange n’a retrouvé la Bretagne que le 31 décembre dernier, date à laquelle il a été déchargé à Lorient.