Actualités

La nuit n’a pas été de tout repos pour la tête de flotte de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

C’est le quatrième jour de compétition sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe et l’ambiance à bord des 60’ a radicalement changé par rapport aux trois premiers jours de course.

PRB évolue enfin sur une mer rangée et dans des conditions de vent plus maniables. Le monocoque vendéen progresse à bonne allure vers le sud-ouest à la bagarre avec Paul Meilhat. Ce dernier a abattu ces dernières heures et croise juste devant l’étrave de PRB en ce milieu d’après-midi. Les deux hommes devraient même s’apercevoir. Alex Thomson a affiché des vitesses impressionnantes depuis le départ et particulièrement ces dernières 24 heures. Le bateau noir est toujours le chef de file des IMOCA et progresse moins de 90 milles dans l’ouest de SMA et PRB. Boris Hermann occupe quant à lui la deuxième place du classement général car il progresse sur une route nord proche de la route directe (orthodromie).

Vincent évolue en bordure d’anticyclone et va devoir gérer le passage d’une dorsale anticyclonique dans les heures qui viennent. Une fois l’empannage effectué, le 60’ vendéen touchera le vent de nord –est et pourra mettre cap au sud pour aller chercher un alizé plus soutenu. A la latitude des Canaries, débutera alors la traversée vers la Guadeloupe.

Hugo Boss, un peu plus près du centre de l’anticyclone, progressait légèrement moins vite que ses concurrents directs (SMA et PRB) en milieu d’après-midi. Mais à la faveur de son décalage latéral, il devrait pouvoir allonger plus vite la foulée sous gennaker. Vincent possède actuellement 75 milles de retard sur Hugo Boss… Un écart infime au regard de la distance encore à parcourir pour rallier la Guadeloupe (2 400 milles). Le match entre les bateaux de tête ne va faire que s’intensifier dans les heures à venir !


Vincent joint par téléphone à 14h :

« J’ai 10-12 nœuds de vent. J’avance à 130° du vent. Il fait beau, il y a quelques nuages avec plus ou moins d’air. J’ai réussi à bien dormir cette nuit pour la première fois depuis le départ. Je me sens en forme. Je vais empanner dans pas très longtemps. On pourra alors mettre cap au sud. Pour l’instant l’alizé semble assez fort. Alex va venir nous rejoindre, on verra… »

____________

CLASSEMENT A 17H45

  1. Alex Thomson – Hugo Boss : 2 481,7 nm (distance au but)
  2. Boris Herrmann – Malizia 2 Yacht Club de Monaco : 54 nm (distance au 1er)
  3. Paul Meilhat – SMA : 60,8 nm
  4. Vincent Riou – PRB : 71,7 nm
  5. Yann Eliès – UCAR StMichel : 150,6 nm

Enfin… Vincent Riou et ses concurrents de la route sud respirent un peu.

Cette deuxième nuit a été compliquée pour la flotte de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe

La Route du Rhum –Destination Guadeloupe s’annonçait impitoyable. Et c’est déjà le cas. Après les magnifiques conditions d’hier pour le départ, les skippers sont très vite entrés dans le vif du sujet.

A 14h00, le coup de canon a libéré les 123 concurrents de la 11e Route du Rhum-destination Guadeloupe.

C’est demain à 14h précises que Vincent Riou et ses adversaires s’élanceront à l’assaut de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe.

Dans moins de 48 heures, Vincent Riou et ses 19 concurrents s’élanceront à l’assaut de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. Découvrez comment suivre le départ.

L’essentiel :

  • Départ ponton de PRB – dimanche 4 novembre à 00h00
  • Ecluse - dimanche 4 novembre à 00h45
  • Départ à 14h00 - En live sur France 3, le site internet de la course et Facebook

A TERRE

Samedi soir, à partir de 18h, les premiers IMOCA quitteront le bassin Vauban. PRB passera l’écluse à 00h45 pour ensuite passer la nuit au mouillage à Dinard, entre les mains de l’équipe technique. Vincent Riou rejoindra son bateau dimanche matin avant le départ de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe à 14h00.

La Pointe du Grouin et le Cap Fréhel seront les lieux privilégiés pour assister aux départs puis aux premiers bords des 122 bateaux en lice pour cette 11e édition.

EN DIRECT SUR

Le départ sera retransmis en direct sur France 3 et France Ô de 13h30 à 15h35 et de nombreuses chaînes seront en duplex depuis Saint-Malo pour des « Spéciales Route du Rhum » : TF1/LCI, BFM TV, Infosport+, La Chaine L’Equipe, Tébéo/Tébésud.

LES RADIOS

Toutes les grandes radios nationales, France Info, France Bleu, Europe 1, RMC, RTL seront en direct pour suivre le départ de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe.

LES SITES INTERNET

Suivez le départ en direct sur le site officiel www.routedurhum.com et retrouvez toute l’actualité de Vincent Riou sur le site www.prb.fr

LES RÉSEAUX SOCIAUX

- Facebook : Route du Rhum-Destination Guadeloupe et la page de Vincent Riou – PRB

-Twitter : @routedurhum @Vincent_Riou

- Instagram : @route_du_rhum @vincentriouprb

LA CARTOGRAPHIE – LES CLASSEMENTS

Suivez la progression de Vincent sur la cartographie sur le site www.routedurhum.com. Lors du départ, la cartographie sera actualisée toutes les 5 minutes jusqu’à la Porte du Cap Fréhel puis toutes les heures, 24h/24h.

Les classements seront actualisés cinq fois par jour à 4h00, 8h00, 12h00, 16h00 et 20h00.

Alors que le départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe approche à grands pas, l’agenda du skipper de PRB ne désemplit pas.

Avant chaque départ de course, ça fourmille sur les pontons.

  • PRB est équipé de foils nouvelle génération depuis le mois de juillet
  • Vincent Riou explique les changements que cela induit
  • Le skipper de PRB prendra le départ de sa 4e Route du Rhum-Destination Guadeloupe le 4 novembre

Lors du dernier Vendée Globe, les foils n’étaient pas efficaces à toutes les allures. Ce problème est-il résolu ?

Vincent Riou : « les choses ont pas mal changé depuis 2016 et notamment la règle IMOCA qui nous permet de concevoir et construire nos bateaux. Cette règle a évolué et autorise aujourd’hui à régler les foils. Cela nous permet d’augmenter ou de diminuer la puissance de l’extrémité du foil, le petit aileron qui remonte vers le haut.

Il n’y a que deux paires de foils dans la flotte qui ont été dessinées autour de cette règle : ceux de Charal et ceux de PRB.

Est-ce qu’il y a un réel gain de vitesse grâce aux foils ?

« Ces appendices nous permettent d’aller plus vite que les bateaux « conventionnels » à dérives à peu près 90% du temps. Lors du dernier Vendée Globe, les foils permettaient d’aller plus vite entre 50 et 60% du temps même s’il était difficile de définir la barrière car cela dépendait du type de foils.

La modification majeure de la règle IMOCA fait que le foil est maintenant incontournable pour faire un bateau performant. Il est vrai que dans certaines conditions, les bateaux à dérive peuvent aller plus vite que nous mais sur des allures tellement restreintes qu’aujourd’hui, si l’on veut avoir une vraie chance d’emporter une course en IMOCA, il faut avoir des foils sur son bateau. »

Est-ce que PRB a ses chances face aux foilers nouvelle génération ?

« Aujourd’hui, PRB est un des bateaux les plus performants de la flotte. Il est polyvalent, il a montré de très belles performances. A l’instant T qui est le départ de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, je pense que l’on est vraiment très bien armé pour réussir ce projet. »

Pour la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, l’installation des foils a-t-elle une répercussion sur le choix de la route par rapport aux éditions précédentes ?

« Oui, cela peut clairement faire des routes très différentes. Nous avons beaucoup travaillé entre le moment où nous avons mis le bateau à l’eau et où nous sommes arrivés ici à Saint-Malo pour cartographier les nouvelles performances du bateau. Cela nous a permis de faire une polaire de vitesse du bateau qui va ensuite nous servir pour les simulations de routage avec les prévisions météo que l’on aura à ce moment-là. Nous confrontons régulièrement les anciennes performances de PRB aux nouvelles et l’on voit de temps en temps des routes très différentes sortir. »

Est-ce que le bateau est plus bruyant avec les foils ?

« Non, pas vraiment. Les chocs du bateau dans la mer sont plus nombreux et plus saccadés mais sont bien moins violents qu’avant. Le foil joue un peu un rôle d’amortisseur mais il permet aussi des vitesses plus importantes donc on découvre de nouveaux comportements. Mais la gestion du bruit reste la même : à partir du moment où la « machine infernale » comme je l’appelle, se met en route, c’est hyper bruyant et une des difficultés est de gérer ce bruit. J’utilise pour cela des bouchons d’oreilles et un casque anti-bruit, parfois empilés ! »

Concernant les OFNI, y a-t-il de nouveaux moyens et des techniques plus évoluées pour les détecter ?

« Il y a des nouveaux moyens en développement qui ne sont pas encore fiabilisés. A bord de PRB, nous avons un système en développement. C’est encore confidentiel mais je peux dire que les choses sont en train de bouger et j’espère que dans deux ans, pour le prochain Vendée Globe, nous serons capables d’offrir à l’ensemble de la flotte des moyens de limiter le risque de collision avec des OFNI.

Ce système est en test sur quatre bateaux de course au large et je pense qu’il sera en test uniquement sur PRB pour la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. »