1.20 mètres et la zone délaminée est de 1m². Le skipper de PRB est actuellement en train d’étudier toutes les possibilités envisageables pour réparer et poursuivre son tour du monde. Il navigue à vitesse réduite au portant (5 nœuds environ).


Vincent nous explique la situation : « Lorsque le bateau est gité à 20°, la déchirure se situe au niveau de la flottaison. Ma priorité est de trouver les moyens de faire une réparation solide et de poursuivre ce Vendée Globe en toute sécurité. J’ai besoin d’avoir l’assurance d’aborder les mers du Sud en totale confiance par rapport à mon bateau. La situation est vraiment délicate car je n’ai pas de terre à proximité pour pouvoir m’abriter pour effectuer cette réparation plus facilement. C’est réparable mais dans quelles conditions et avec quelles prises de risques sachant que je dois aller faire le tour de l’Antarctique. C’est ce que je suis en train d’évaluer actuellement. »