« carrément dangereux » selon Jean-Pierre Dick. Sortis du contexte,

on se demande bien à qui peuvent être attribués tous ces qualificatifs ! C’est le Pot au Noir qui dénoue les langues des solitaires. Tous ont été en prise avec lui toute la nuit et ce matin, on avait l’impression que chacun avait livré un combat dantesque contre les éléments.

Vincent Riou, lui, dit n’avoir jamais rencontré un Pot au Noir aussi actif et aussi étendu. La description de la nuit donne froid dans le dos… « C’était chaud ! En plus, il a avancé avec nous vers le Sud. Je n’ai jamais vu ça. Nous avons pris des litres et des litres d’eau sur la tête ! C’était hallucinant ! Il y avait en permanence 3 à 4 centimètres d’eau sur le pont qui n’arrivaient pas à s’écouler. Evidemment, le vent changeait constamment. Nous avons fait des runs de folie mais trop courts. Tu n’es jamais bien réglé. Tu essayes de progresser vent arrière sinon tu casses tout ! C’était vraiment casse bateau car en plus, nous avons eu beaucoup de mer de face ». Ce Pot au Noir XXL a donc pris beaucoup d’énergie aux solitaires. « Je suis crevé là. Je vais essayer de me reposer un peu. Je n’ai dormi que 10 minutes ce matin. En plus, là il fait très très chaud à l’extérieur comme dans le bateau» racontait Vincent en ce début d’après-midi.
Si les conditions ont été vraiment dures pour les hommes, les bateaux ont eux aussi été mis à rude épreuve. Pas de soucis constatés à bord de PRB qui a bien recollé au tableau arrière de Banque Populaire, toujours leader. « J’ai eu de bonnes opportunités. Un coup c’était pour l’un, puis le coup d’après pour l’autre. Mais c’est vrai que je ne m’en sors pas trop mal ! » A midi, le monocoque vendéen était deuxième à 26.1 milles d’Armel Le Cleac’h. Mais le groupe des poursuivants se tient dans un mouchoir de poche. Cheminées Poujoulat, 6ème, n’est qu’à 1.6 milles de PRB !
C’est en milieu de journée que Vincent a pu voir « le bout du tunnel ». Progressant au près serré dans l’alizé de Sud Est, il était sorti d’affaire. La tête de flotte va avancer pendant plusieurs jours au près sur un long bord de reaching. L’objectif est maintenant de contourner au mieux l’anticyclone, très Sud pour l’instant. « Cet Atlantique Sud pourrait bien ressembler à celui d’il y a quatre ans » conclut Vincent avant, on l’espère, d’aller s’allonger pour recharger les batteries !

Vincent à la vacation ce midi :
« Ça va pas mal. J’ai commencé à voir le bout du tunnel depuis une heure, le vent est établi et suis au près dans quelque chose qui pourrait ressembler à un début d’alizé. Je n’avais jamais vécu un pot au noir comme ça, la nuit dernière a été dantesque avec des grains danstous les sens et une pluviométrie incroyable. Ça a été fatiguant à gérer mais on a traversé pot au noir très large qui est descendu avec nous. Les choses sont en train de se mettre en place et bientôt, le temps du repos va arriver. Hier, j’ai longtemps navigué bord à bord avec Alex Thomson et je vois les autres depuis ce matin sur l’ais. Je n’ai pas pris trop le temps de scruter l’horizon pour les chercher. On a eu des conditionstrès changeantes, on n’a pas eu 5 minutes avec le même réglage de voile ou sur la même amure. Ça a été vraiment très agité. »

Classement à 12h00 :
1 – Banque Populaire / Armel Le Cleac’h
2 – PRB / Vincent Riou à 26.1 milles
3 – Hugo Boss / Alex Thomson à 27.2 milles
4 – Macif / François Gabart à 27.5 milles
5 – Virbac Paprec 3 / Jean Pierre Dick à 27.5 milles