Après les réparations effectuées sur le dessalinisateur et le moteur, on sent que Kevin Escoffier et Nicolas Lunven naviguent plus libérés. Hier, les deux hommes ont choisi de passer entre le DST du Cap Finisterre et la côte espagnole, une route qui leur a permis de croiser devant le reste du paquet du Sud. Kevin et Nicolas se retrouvent ce matin aux commandes de la meute. « Nous avions regardé pour passer à l’extérieur mais on perdait du terrain. Nous pensions vraiment que c’était la meilleure route même si cette voie entrainait plus de manœuvres. Et d’ailleurs d’autres l’ont pensé aussi comme Nicolas Troussel ou Damien Seguin. A l’extérieur, cela semblait plus favorable aux foilers. Face aux bateaux nouvelles générations et même si nous sommes équipés nous aussi de foils, nous devons faire parfois le choix de trajectoires plus tendues des bateaux à dérives. Les foilers nouvelle génération peuvent rallonger la route, pour nous ce n’est pas toujours le cas. Nous n’avons pas toujours le gain suffisant en vitesse. Donc il faut savoir alterner entre ces deux philosophies et c’est ce que nous avons fait hier » analyse Kevin Escoffier ce matin alors que Nicolas Lunven engrange du repos, juste à côté de lui à la bannette.

Après une nuit encore tonique avec le passage d’un petit front avec 27-28 nœuds établis pendant deux heures, le duo espère rencontrer dans l’après-midi des vents plus calmes ; l’occasion d’effectuer un premier gros check du bateau après les conditions de navigation exigeantes du début de course. Kevin et Nicolas en profiteront aussi pour sécher un peu PRB car l’humidité est partout depuis le coup d’envoi au Havre. Les routes des monocoques du groupe Sud convergent et pourraient même s’aligner dans les prochaines heures. « On va chercher un point de passage le long de l’anticyclone. Tout le monde va viser le même point. Le vent va mollir. Il va falloir être dessus en termes de vitesse » explique Kevin. Dès que Nicolas ouvrira les yeux, ce sera à lui d’aller se reposer un peu. Les deux hommes sont désormais bien installés dans la course. 

Kevin Escoffier ce matin à 9h00 :

« Ça ne va pas trop mal à bord de PRB. Nous avons eu une grosse nuit avec plus de vent que prévu au passage d’un petit front. Nous, on a choisi de gagner un peu plus dans le Sud avant d’aller le chercher. Les autres ont fait plus d’Ouest. On a eu 27-28 nœuds établis pendant deux heures avant le front. Dès que l’on a viré, le vent a molli. C’est encore humide et gris, on n’a pas vraiment de soleil. On avance dans 17 nœuds de Sud-Ouest. On progresse à la vitesse du vent. On a réussi à bien naviguer après les premières 36 heures de course où j’ai passé du temps à bricoler. Désormais, nous sommes bien dans le rythme. On a même pris notre troisième repas chaud. C’est cool d’être en tête mais on n’a pas sauté de joie non plus (rires). On fait notre route sans trop se soucier de cela. On veut juste naviguer propre. Nous n’avons pas très bien navigué la première nuit. Nous avons voulu être trop conservateur. On a voulu naviguer simple mais à naviguer simple, nous n’avons pas été assez performants. Jamais content quoi ! (rires) »

 

Le classement de 10h00 :
1 – PRB (Kevin Escoffier et Nicolas Lunven)
2 - APIVIA (Charlie Dalin et Yann Eliès) à 4,4 nm
3 - CHARAL (Jérémie Beyou et Christopher Pratt) à 8,6 nm
4 – BANQUE POPULAIRE (Clarisse Cremer et Armel Le Cléac’h) : à 10,5 nm
5 - INITIATIVES COEUR (Samantha Davies et Paul Meilhat) à 11,6 nm