Cette semaine n’a pas été de tout repos puisque les marins de la tête de course ont dû gérer le passage du fameux Pot au Noir, au niveau de l’équateur. Chaleur, pluie, vents instables… A bord de ces bateaux anciens et sans moyen moderne de communication, les manœuvres se sont enchainées et le temps s’est étiré dans cette zone imprévisible.  

Lors de sa vacation d’hier avec l’organisation, Philippe expliquait que les dernières 24 heures avaient été épuisantes. Du vent dans un sens, puis dans l’autre… Du vent qui s’essouffle puis qui rentre tout à coup… voilà en résumé le décor autour de PRB depuis quatre jours. Pas facile dans ces conditions de faire la route.

Le skipper de PRB a même du manœuvrer en pleine vacation pour gérer un changement brutal de vent alors qu’il pensait enfin être sorti de cette zone de convergence intertropicale. « En direct de PRB ! On vient d’avoir un énorme refus avec le génois à contre. J’ai dû faire vite fait un 360° pour remettre tout en ordre. Bon, je pensais être sorti de cette zone mais a priori non » a-t-il expliqué à Don McIntyre, l’organisateur de la course.

Depuis quelques heures, Philippe semble tiré d’affaire. Il progresse désormais dans un alizé de Sud Est installé et fait route vers le sud-ouest à la vitesse de 5 nœuds. Il a réussi à parcourir 80 milles lors des dernières 24 heures alors que son concurrent direct, Jean-Luc Van den Heede n’a effectué que 63 milles. PRB devance VDH de 42 milles. Le Hollandais Mark Slats décalé dans l’ouest des deux leaders occupe toujours la troisième place à 106 milles du tableau arrière de PRB.

Pour Philippe, le seul avantage du passage dans le Pot au Noir a été l’opportunité de récupérer de l’eau pour s’hydrater. Il a fait 20 litres d’eau dimanche, une récolte fructueuse grâce à la journée la plus pluvieuse depuis le coup d’envoi des Sables d’Olonne. Les trombes d’eau qui se sont écrasées sur le pont de PRB ont aussi été l’occasion aussi de prendre une bonne douche !

Ils ne sont plus que 12 participants sur la Golden Globe Race. Après les abandons de l’anglais Ertan Beskardes, de l’australien Kevin Farebrother et du palestinien Nabil Amra, deux skippers ont fait escale et naviguent désormais dans le classement Chichester. Il s’agit du français Antoine Cousot rejoint cette semaine par l’américain Istvan Kopar qui a du faire un stop au Cap Vert pour réparer son régulateur d’allure.



Philippe à la vacation d’hier :

 « J’ai enchainé les virements la nuit dernière ! Le régulateur d’allure, ce n’est quand même pas l’équivalent du pilote automatique ! Là, j’ai encore un nuage bien noir au-dessus de ma tête qui m’amène plein de variations de vent. Je pensais être sorti du Pot au Noir mais a priori, pas encore. Mais tout va bien à bord de PRB. Il y a toujours des petites bricoles à faire. J’ai réparé mon spi par exemple et je suis très satisfait de ma réparation. Mais aucun problème majeur. »

   

 Classement le 25 juillet à 12h30 :
1 – Philippe Péché (PRB) à 22 180 milles de l’arrivée

2 – Jean-Luc Van den Heede (France) à 45 milles

3 – Mark Slats (Pays-Bas) à 106 milles

4 – Are Wiig (Norvège) à 186 milles

5 – Susie Goodall (Royaume-Uni) à 256 milles