20 nœuds de vent… un bateau lancé à plus de 22 nœuds. Voilà à quoi ressemble le quotidien de Vincent Riou dans l’alizé de Nord Est. Le skipper qui progresse dans le sud ouest des Canaries fait une course remarquable. Lancé aux trousses d’Armel Le Cleac’h, il est régulièrement un peu plus rapide que Banque Populaire, monocoque équipé de foils. Au classement de 12h00, Vincent affichait une moyenne de 16,9 nœuds sur les dernières 24 heures contre 16,7 nœuds pour Banque Populaire ! Les deux leaders ont creusé sensiblement l’avance sur leurs poursuivants. Morgan Lagravière, troisième est à plus de 40 milles du tableau arrière de PRB. Ces performances nécessitent un engagement total de Vincent qui tente de trouver le compromis idéal entre la gestion du bateau, la vitesse et les bons choix de route. « Il n’y a pas de jour férié à bord de PRB. Je vais être à temps plein pendant trois mois (rires). Je crois même que je vais faire toutes mes heures de l’année sur ces trois mois ! » raconte t-il tout sourire.

Le Breton apprécie visiblement de jouer face au leader de la flotte et avance quelques hypothèses pour expliquer pourquoi son bateau né en 2010 arrive à rivaliser avec l’un des monocoques les plus récents. « Je ne pensais pas les suivre autant. A certains moments, Armel prend la barre et accélère. Je pense que ce n’est pas encore évident d’être sous pilote avec ces bateaux. Avec PRB, nous avons beaucoup travaillé sur notre plan de voilure. Tout ce qui fait qu’aujourd’hui le bateau avance vite, ce sont les voiles mais aussi le pilote automatique par exemple. Mais c’est aussi un bateau qui a ses défauts, je les connais. Je les gère, j’essaye de faire au mieux ».

Pour Vincent, désormais à la lutte pour la première place, l’enjeu réside dans la vitesse : « La difficulté, c’est la moyenne. Je travaille cette moyenne. La route est longue. Il faut s’installer dans une routine. On a tous nos choix de voiles, ça reste un enjeu fort. Le Vendée Globe se joue dans la gestion des hommes et du matériel, dans cette capacité à être rapide sans se mettre trop dans le rouge. »
Le monocoque vendéen fait route vers le Cap Vert distant de 570 milles et devrait continuer à profiter d’un alizé puissant pour cette descente de l’Atlantique même si quelques grains devraient contraindre Vincent à redoubler d’attention dans l’après-midi. Le Pot au Noir (Zone de Convergence Intertropicale) sera le prochain passage à niveau, un pot au noir assez nord et qui semble pour l’instant plutôt enclin à laisser passer facilement les premiers…

Classement à 12h
1- Banque Populaire VIII (Armel Le Cléac’h)
2- PRB (Vincent Riou) à 3,7 nm
3- Safran (Morgan Lagravière) à 45,8 nm
4- Maitre Coq (Jérémie Beyou) à 46,8 nm
5- SMA (Paul Meilhat) à 49,8 nm
….