Parti le 10 septembre pour sa qualification à la Golden Globe Race, Damien Guillou a rallié Port-la-Forêt lundi soir après 17 jours en mer. Avec ce parcours de 2 000 milles et les 5 relevés sextants obligatoires effectués, le skipper de PRB valide officiellement sa participation au tour du monde en solitaire sans escale, sans assistance et sans moyen moderne de communication comme l’en a informé ce jour l’organisation de la course. Cette première navigation au large aura également permis à Damien d’en apprendre davantage sur le bateau et surtout de confirmer définitivement son plaisir d’être en mer à bord de celui-ci ! 

Un entraînement grandeur nature 

Depuis la mise à l’eau du Rustler 36 début août, Damien Guillou n’avait effectué que des sorties à la journée. Cette qualification synonyme de première longue navigation en solitaire était donc très attendue. Avec ce parcours de 2 000 milles effectué dans des conditions météo variées, le skipper de PRB a pu découvrir le comportement du bateau au large et commencer à prendre ses marques, « Je me suis tenu au parcours que j’avais imaginé. À savoir un premier waypoint dans le nord-ouest de l’Irlande et un second à 200 milles des Açores, pour ensuite faire route retour vers Port-la-Forêt. J’ai pu voir le bateau dans différentes conditions, du petit temps, de la mer formée, et même un gros coup de vent imprévu avec des rafales à près de 50 nœuds en fin de parcours. J’ai poussé le bateau pour voir comment il se comportait, mais aussi pour trouver les réglages. J’ai également fait beaucoup de sextant et d’estimes à la carte. C’était un super entraînement grandeur nature ! ».

Un entraînement qui aura aussi permis de valider toutes les modifications apportées au Rustler 36 durant les trois mois de chantier comme l’indique Damien « Ça ne peut pas être mieux ! Il n’y a rien qui a cassé, qui a bougé, en sachant que j’ai pris de grosses conditions juste avant d’arriver. Tout ce qu’on a fait est cohérent, ça fonctionne bien. Il nous reste bien évidemment des petites choses à améliorer, optimiser, mais les gros dossiers sont validés et ça c’est top car il ne faut pas l’oublier, la Golden Globe Race se joue beaucoup sur la préparation du bateau ! » 

« Je me suis senti hyper bien en mer »

Au-delà de cette qualification validée et des nombreux apprentissages, Damien Guillou retient surtout de ces 17 jours de navigation le plaisir qu’il a éprouvé d’être en mer. « Le truc le plus positif qui ressort de cette qualification, c’est que je me suis senti bien tout le temps ! Jamais je n’ai trouvé le temps long. Au contraire, je n’ai pas vu le temps passer. J’avais ma petite routine à bord et je pense avoir trouvé un bon compromis entre la performance et le fait de vivre correctement sans me mettre dans le rouge. »  Et parfois cette routine a été bousculée par des instants magiques, comme seule la navigation au large peut en offrir, « Lors d’une journée sans vent avec une belle mer plate, j’avais affalé les voiles et à un moment j’aperçois une baleine. Le temps de sortir du bateau et là, je vois un banc de globicéphales (une espèce de dauphin), ils s’approchaient du bateau. Pendant quelques minutes, je me suis retrouvé avec eux à côté et deux baleines pas loin, tout ça sans vent. Du coup, je les entendais respirer. C’était dingue ! » raconte Damien encore émerveillé de ce moment incroyable. 

Avec cette qualification validée dans les délais qu’il s’était fixé, Damien va désormais pouvoir se concentrer pleinement sur la préparation du bateau et l’aspect performance. Des navigations dans des conditions musclées sont prévues ces prochaines semaines afin d’éprouver et de tester de nouveau le Rustler 36 PRB. S’en suivra un chantier de quelques mois pour procéder aux dernières optimisations, notamment afin d’améliorer quelque peu la vie à bord.