Au classement de 5h ce matin, Kevin Escoffier avait parcouru près de 480 milles à une moyenne de plus 20 nœuds faisant de lui le solitaire le plus rapide la flotte sur les dernières 24 heures. Des statistiques que l’IMOCA PRB n’avait plus affiché depuis longtemps et qui lui permettent ce midi de pointer son étrave en 4e position en direction de Bonne Espérance à un peu plus de 360 milles du leader Charlie Dalin.
Premier des trois caps à franchir, celui-ci marquera l’entrée officielle dans les mers hostiles du sud, où Kevin le sait, il faudra davantage temporiser que prendre des risques inconsidérés. Le vent fort, l’état de la mer et les températures beaucoup plus fraîches rendront en effet la navigation plus délicate pour le bateau comme pour l’homme.

Pour l’heure, le skipper de PRB profite de 27/28 nœuds de vent propices à la glisse du monocoque qui progresse à plus de 15 nœuds. Alors qu’il avait empanné tôt ce matin, Kevin s’est rendu compte qu’il s’était un peu trop précipité à virer. Une erreur qui le contraint en ce moment à réaliser un contre-bord. S’il va perdre un peu de terrain, cela pourrait aussi lui permettre d’avoir un peu moins de vent dans les prochains jours pour parer le Cap de Bonne Espérance. Peut-être un mal pour un bien donc, car les conditions à l’entrée de l’océan Indien s’annoncent particulièrement toniques.

 

LES DÉCLARATIONS DE KEVIN : 

« C’était une belle nuit, ça allait vite, la mer s’est formée un peu aussi. Je suis au portant depuis quelques heures déjà. J’ai essayé de glisser un peu plus que les petits copains, ça a plutôt pas mal marché car j’ai glissé en étant le plus rapide. Par contre je n’ai pas été assez patient ce matin, j’aurais dû attendre un peu plus la bascule pour faire mon empannage. Du coup je refais un petit contre-bord car la gauche ne venait pas. Je vais perdre un peu mais c’est comme ça…  Après ça ne me dérange pas de refaire ce contre-bord, ça me permettra sans doute d’avoir moins de vent dans les jours à venir au passage de Bonne Espérance car les conditions s’annoncent assez fortes. L’entrée dans l’Indien va être un gros morceau, il va falloir être prudent. 
Les conditions en ce moment sont vraiment sympas, ça va vite, ça commence à ressembler à des mers du sud quoi !
J’ai aussi une pensée pour Alex Thomson. Il avait tout mis en œuvre pour repartir suite à sa première casse structurelle à l’avant et là c’est un problème de safran qui l'arrête. Je ne sais pas si c’est du même ordre que ce qu’a eu Charal comme ce sont des bateaux très proches en termes de design. En tout cas c’est toujours triste de voir quelqu’un abandonner, mais je suis persuadé que le boss sera de retour en 2024 ! »

 

LE POINTAGE DE 12H00 : 

1 - Charlie Dalin (APIVIA)
2 - Thomas Ruyant (LinkedOut) : à 305,7 nm
3 - Jean Le Cam (Yes We Cam !) : à 353 nm
4 - Kevin Escoffier (PRB) : à 362,7 nm
5 - Yannick Bestaven (Maître Coq) : à 395,9  nm