Les dés sont jetés à bord de PRB. Hier après-midi, Kevin Escoffier a choisi sa voie pour franchir l’anticyclone de Sainte-Hélène. Et c’est finalement par le sud qu’il va contourner la zone de hautes pressions. Une décision franchement difficile à prendre car elle signifie la rupture de route avec le groupe de tête que Kevin accompagne depuis le début de ce Vendée Globe, bien installé dans cette position de chasseur. S’il reste évidemment bien placé à la poursuite des deux leaders Dalin et Ruyant, il va devoir accepter de rallonger la route avant d’espérer se réinstaller au passage de Bonne Espérance dans la roue de ces derniers « Il y a des moments où il vaut mieux accepter de perdre pour contrôler » explique Kevin ce matin.
En faisant le tour de la bulle, PRB va parcourir environ 200 milles de plus que APIVIA, LinkedOut et Yes We Cam, qui a, comme les deux premiers, tenté de couper l’anticyclone. Une route qui va conduire ce trio à effectuer moins de manœuvres que les partisans du sud qui devraient par contre bénéficier d’un vent plus soutenu.
Bord à bord encore hier avec Jean Le Cam, Kevin était le dernier de la flotte à pouvoir espérer se glisser dans le couloir qui a profité aux premiers. Finalement, il a préféré ne pas tenter ce coup, trop incertain à son goût. Mais les fichiers indiquaient ce matin une ondulation dans l’anticyclone qui se déplace vite vers le nord-est, situation qui pourrait profiter à Jean Le Cam et qui sème un peu plus le doute chez Kevin. « J’étais le dernier à pouvoir essayer d’y aller. C’est un peu la pire position. J’essaye de rester zen mais j’espère ne pas avoir loupé le dernier coup à faire avant Bonne Espérance » analyse le skipper de PRB avant de conclure par un « c’est fait ! c’est fait ! » et de se remettre aux réglages de son monocoque. On l’a vu depuis le début de la course, Kevin Escoffier n’est pas du genre à se laisser aller. Il fait sa route en regardant droit devant et en faisant avancer au mieux PRB. Jusque-là, cette stratégie ne lui a pas mal réussi ! Il va juste devoir ajouter un peu plus de surveillance dans son sud car c’est bien de là que pourraient venir les attaques pour cette 4e place à laquelle il aurait bien aimé parer la pointe sud de l’Afrique du Sud. 

 

KEVIN JOINT CE MATIN :  

 « Ah j’ai mon eau qui bout ! Je suis en train de me faire des œufs. Ça va être œufs brouillés pour le petit dej car ça commence à se rafraichir. Je vais même remettre des chaussettes. Cette nuit, j’ai mis un T-Shirt et même une petite polaire…. Il va falloir que je pense à la douche car ça pourrait bien être la dernière avant un moment. Concernant mon choix de route, je l’avoue, j’ai longuement hésité… J’ai finalement accepté de perdre pour mieux contrôler. Quand tu prends ce style de risque, tu regardes aussi l’allongement de route… Moi, je pouvais encore tenter de faire comme les leaders. Vraiment, ce n’était pas simple de choisir. C’était plus évident pour ceux du sud. Sam Davies par exemple n’avait pas le choix donc elle a plongé vite. Ça pourrait bien se passer pour eux. Je pense qu’avec Louis Burton, ils vont ressortir devant nous. Moi, je fais mon truc, on verra. »

 

LE POINTAGE DE 9H00 : 

1 - Charlie Dalin (APIVIA)
2 - Thomas Ruyant (LinkedOut) : à 105 nm
3 - Jean Le Cam (Yes We Cam !) : à 344,2 nm
4 - Boris Herrmann (Seaexplorer - Yacht Club de Monaco) : à 507,6 nm
5 - Kevin Escoffier (PRB) : à 511,8 nm