Le duo de tête APIVIA / LinkedOut enchaîne les empannages avec la menace à chaque instant de tomber dans une zone de vents faibles. Dans cette zone de l’Atlantique sud, les solitaires ont du mal à obtenir des données météo fiables. Les fichiers s’opposent et tous s’arrachent les cheveux pour tracer leur route vers le Cap de Bonne Espérance. Derrière les deux leaders, les sept solitaires du groupe de poursuivants filaient depuis 48 heures en rangs serrés, cap au sud. Seuls quelques écarts latéraux laissaient imaginer des stratégies différentes pour la suite…C’est seulement cette nuit que de franches options ont été prises. Et c’est Louis Burton, suivi depuis par Samantha Davies, qui a décidé le premier d’opérer un empannage vers le sud pour aller chercher le nouveau vent d’ouest. En faisant ce choix, les deux skippers cherchent à contourner la zone de transition par-dessous pour ensuite aller récupérer une dépression qui devrait leur amener entre 25 à 30 nœuds sur une mer plate.

A l’inverse Kevin Escoffier a choisi de ne pas traverser le front dépressionnaire et est engagé sur une route plus directe à la bordure de la zone perturbée. Le skipper de PRB devrait parer le Cap de Bonne Espérance dans une semaine mais difficile aujourd’hui de se projeter clairement sur les conditions qu’il trouvera d’ici là en raison des informations météo peu fiables. Actuellement 4e au classement d’une flotte menée par Charlie Dalin, le Malouin reste concentré sur la vitesse alors que Jean Le Cam, juste devant son étrave avait décidé d’empanner ce midi. La tension monte à bord des monocoques et chacun mise beaucoup sur son placement. Les choix stratégiques opérés aujourd’hui pourront peser lourd dans le bilan au Cap. Avec ses 317,7 milles d’avance sur le monocoque vendéen, Charlie Dalin pourrait bien toucher un gros bonus, tout comme Thomas Ruyant qui navigue 69 milles dans son tableau arrière. Kevin est quoi qu’il en soit dans le bon paquet des poursuivants et aborde cette partie importante de la course avec une belle énergie et à bord d’un PRB fin prêt pour progresser vers les mers du sud. 

 

LES DÉCLARATIONS DE KEVIN : 

« J’étais dans une situation où c’était moins facile de décider. J’ai essayé d’aller vite pour accrocher la pression de devant. Pour ceux de derrière le choix était plus simple à faire. Je pense aujourd’hui que c’est Bureau Vallée qui a le mieux trouvé le petit trou de souris pour passer le front et toucher le vent d’ouest. Après l’incertitude demeure toujours dans cette zone où les fichiers météo ne sont pas très fiables. Ce qui est sûr c’est que je ne dois plus me poser de questions maintenant, il faut se concentrer sur la vitesse pour aller chercher le nouveau vent au plus vite ! »

 

LE POINTAGE DE 15H00 : 

1 - Charlie Dalin (APIVIA)
2 - Thomas Ruyant (LinkedOut) : à 69,6 nm
3 - Jean Le Cam (Yes We Cam !) : à 277,1 nm
4 - Kevin Escoffier (PRB) : à 317,7 nm
5 - Yannick Bestaven (Maître Coq) : à 391,8 nm