Depuis le classement de 9h00, Kevin Escoffier occupe la quatrième place du classement général. Alex Thomson est toujours dans une position inconfortable à l’avant de son Hugo Boss où il a mis en place un véritable atelier composite. Déterminé à poursuivre son tour du monde depuis son avarie de structure découverte hier, le Gallois a mis de côté la course pour s’offrir la possibilité d’y revenir au plus vite. Cette parenthèse de « gros » bricolage en plein Atlantique Sud a donc laissé l’opportunité aux poursuivants de revenir dans le tableau arrière du grand acteur de cette première partie de Vendée Globe. 

Kevin Escoffier a donc grappillé une place au classement et se retrouve à la lutte avec l’incroyable Jean Le Cam qui évolue 85 milles dans son ouest. Le monocoque vendéen navigue dans du vent léger à 290 milles du tableau arrière d’APIVIA, désormais leader. Charlie Dalin est à la lutte avec Thomas Ruyant. Les deux hommes se livrent une bataille d’empannages acharnée dans l’étroit couloir qui leur permet de couper au plus court dans l’anticyclone de Sainte-Hélène.
A bord de PRB, Kevin a très peu fermé l’œil cette nuit. L’objectif, comme hier, était de faire marcher le monocoque au mieux pour avoir le choix de se faufiler à son tour entre le front dépressionnaire et la zone de hautes pressions. Le solitaire a d’ailleurs été récompensé de cet engagement nocturne car il a gagné une vingtaine de milles en 24 heures sur le duo de tête et a aussi creusé avec ses poursuivants, reléguant même Boris Hermann 30 milles plus loin de son tableau arrière…  Une situation appréciable pour le skipper de PRB qui passe son temps depuis ce matin à analyser les données météo. Un vrai casse-tête à l’écouter… Contourner l’anticyclone ou réussir à couper la route comme le font les leaders, voici l’énoncé du problème pour les heures à venir. Aucun choix n’est défini pour l’instant à bord de PRB. Kevin revoit ou tout du moins ajuste son point de vue à chaque relevé de fichier ; signe de l’instabilité des prévisions… Mais alors que l’enjeu est de gagner Bonne Espérance, personne n’a envie de faire les mauvais choix. Les heures qui viennent sont cruciales pour ne pas se faire décrocher par les deux leaders déjà bien engagés vers l’est. 

 

KEVIN JOINT CET APRÈS-MIDI : 

« En ce moment, j’ai environ 6 nœuds de vent, grand ciel bleu avec soleil. Je viens de finir de manger, je vais aller faire une petite sieste de 30 minutes. J’ai pris une douche hier, avant-hier, je suis rasé, propre comme un sou neuf ! J’ai aussi mis des huiles essentielles dans mon bateau donc il sent bon. J’ai réparé les 2, 3 petites bricoles que j’avais également donc là on peut dire que je suis dans de bonnes conditions pour me prendre la tête avec la météo ! 

C’est d’ailleurs un peu le cas en ce moment puisque j’ai moins de vent qu’annoncé dans les fichiers… C’est comme ça, j’essaye de faire avancer le bateau au mieux ! C’est vraiment très difficile d’avoir une visibilité sur la suite. Pour être franc, je ne sais pas trop ce qui m’attend car les fichiers manquent de fiabilité. J’ai réussi à prendre un peu d’avance cette nuit, c’était l’un de mes objectifs donc ça j’en suis content. Je pense que pour Jean (Le Cam) ça risque d’être plus délicat de redescendre, après c’est tellement incertain dans cette zone…  Si la météo change, comme je n’ai pas de réelle alternative, ça pourrait aussi se compliquer pour moi. J’aurais peut-être dû rester un peu plus dessous pour me laisser davantage d’opportunités, mais ce qui est fait est fait ! Pas d’empannages prévus pour le moment, la route choisie me fait aller tout droit. Concrètement, vu ma position, maintenant il faut que je fasse avec ce que la météo voudra bien m’offrir, j’espère qu’elle sera clémente pour atteindre le Cap de Bonne Espérance, d’ici 9 jours, si tout va bien ! » 

LE POINTAGE DE 15H00 : 

1 - Charlie Dalin (APIVIA) 
2 - Thomas Ruyant (LinkedOut) : à 28 nm
3 - Jean Le Cam (Yes We Cam !) : à 270 nm

4 - Kevin Escoffier (PRB) : à 289,1 nm
5 - Alex Thomson (HUGO BOSS) : à 350,8 nm