C’est ce matin à 4h21 (heure française) que PRB a franchi l’Équateur. Toujours en 5e position de la flotte du Vendée Globe, Kevin Escoffier navigue cet après-midi dans un alizé de Sud Est établi, au large de l’archipel brésilien Fernando de Noronha. Un nom qui sent bon l’exotisme. Mais à bord de PRB, il n’est pas question de tourisme… 

Kevin ne relâche pas ni la tension, ni l’attention. A bord de son bateau de 2009, il tient la dragée haute aux 60’ de dernière génération et investit chaque minute dans la bonne marche de son PRB. Dans le sillage de Thomson, Ruyant ou Dalin, il prouve une nouvelle fois que son monocoque n’a pas dit son dernier mot. Ralenti pour s’extraire du Pot au Noir, le skipper de PRB a depuis accéléré dans l’alizé qui le pousse désormais au large des côtes brésiliennes et tient ces dernières heures les moyennes du monocoque noir et rose du leader Alex Thomson. Il navigue bord à bord avec Louis Burton qui le talonne désormais à bord de Bureau Vallée (bateau vainqueur du Vendée Globe 2016). Le rythme est intense et le bruit assourdissant à bord des foilers lancés à vive allure, mais Kevin ne boude pas son plaisir de renouer avec la glisse à haute vitesse.  Au 11e jour de course, le skipper profite de la chaleur et des alizés tout en se projetant sur le jeu stratégique qui se profile avec le contournement de Sainte-Hélène. Devant son étrave, Jean Le Cam, auteur d’une magnifique course depuis le départ, lui ouvre la voie. Une cinquantaine de milles sépare PRB de Yes We Cam. Comme ses concurrents, Kevin vise la bande de vents portants qui va lui permettre de se glisser dans le sud ouest de l’Anticyclone pour poursuivre sa descente vers le Sud. PRB a quitté l’hémisphère nord pour plusieurs semaines et Kevin semble définitivement prêt pour la suite du programme de ce Vendée Globe. 

LES DÉCLARATIONS DE KEVIN JOINT EN DÉBUT D’APRÈS-MIDI PAR TÉLÉPHONE : 

« Je ne suis pas très content car j’ai perdu une vingtaine de milles dans le Pot au Noir. Je sais, la route est longue mais ça m’agace quand même. J’essaye de ne pas m’enflammer même si cette régate au contact est géniale. Je navigue actuellement face à un très bon bateau mené par Louis Burton. On parle beaucoup de vitesse, on compare les vitesses. Moi, j’ai un bateau de 2009, il ne faut pas l’oublier. Alors quand je vais à la même vitesse que les bateaux de tête, je suis super content. J’étais un peu crevé hier mais j’ai bien dormi ces dernières heures. J’ai rechargé les batteries et ça, c’est important. » 

 

LE POINTAGE DE 15H00 : 

1 – Alex Thomson (HUGO BOSS)
2 - Thomas Ruyant (LinkedOut) : à 15,4 nm
3 - Charlie Dalin (APIVIA) : à 44,8 nm
4 - Jean Le Cam (Yes We Cam !) : à 135 nm 
5 - Kevin Escoffier (PRB) : à 188,9 nm