Deux jours de course seulement et les concurrents du Vendée Globe se grattent déjà la tête. Les dépressions s’enchaînent, la stratégie devient primordiale et les skippers sont plongés pleinement dans leur course à l’heure de parer le Cap Finisterre. A bord de PRB, Kevin a choisi de contourner le DST (dispositif de séparation de trafic pour les cargos, zone interdite pour les bateaux du Vendée Globe) par l’ouest. Actuellement 8e de la flotte, il fait route dans un petit groupe composé d’APIVIA et de Charal. Bord à bord avec deux bateaux de dernière génération, Kevin a deux partenaires de choix pour progresser sur la route et c’est particulièrement stimulant pour le skipper de PRB qui a enchainé de nombreuses manœuvres cette nuit.
La journée et la nuit prochaine ne vont pas être non plus de tout repos pour les marins qui s’apprêtent à subir une deuxième dépression générant le premier vrai coup de vent de ce 9e Vendée Globe.
A l’ouest, la route est plus courte, mais Kevin va devoir batailler pendant près d’une dizaine d’heures avec un flux soutenu pouvant atteindre les 40 nœuds. Les bateaux qui passent à l’est du DST et plus proches de la côte rallongent leur descente mais navigueront moins longtemps dans le vent fort. Les dés sont jetés, chacun a désormais choisi sa route pour attaquer cette dépression et il faudra bien positionner le curseur pour ne pas engager trop le bateau. Le skipper avouait ce matin avoir longuement hésité et reconnait que le choix n’était pas facile.
PRB file désormais tout droit pour aller chercher plus de vent qu’il rencontrera dès la fin de l’après-midi. Kevin garde les yeux rivés sur les fichiers météo car une fois la dépression franchie dans la nuit, c’est un troisième phénomène qui l’attend au large des Açores. Ce début de Vendée Globe est décidément passionnant et PRB tient son rang !


KEVIN ESCOFFIER JOINT CE MATIN PAR TÉLÉPHONE : 

« Je ne suis pas super content de ma navigation cette nuit. C’était assez tordu, j’ai perdu un peu de terrain sur mes adversaires directs APIVIA et Charal. J’ai pas mal enchainé les manœuvres. Il y a eu du job ! Il va falloir faire attention car les dépressions secondaires que l’on s’apprête à franchir sont bien creuses. J’ai réussi à grappiller 2-3 petites siestes cette nuit mais je vais aller en faire une plus grande en fin de matinée avant de rentrer dans le dur. Il va se passer beaucoup de choses dans les heures à venir ! »

LE POINTAGE DE 12H00 : 

1 - Damien Seguin (Groupe APICIL)
2 - Jean Le Cam (Yes We Cam !) : à 1,1 nm
3 - Benjamin Dutreux (OMIA - Water Family) : à 1,6 nm
4 - Nicolas Troussel (CORUM) : à 3,7 nm
5 - Maxime Sorel (V and B Mayenne) : à 4,1 nm
8 - Kevin Escoffier (PRB) : à 19,7 nm

 

VIDÉO DU BORD REÇUE CE MATIN