Partis sur-motivés sur le parcours chronométré de 533 kilomètres, Ronan Chabot et Gilles Pillot ont dû gérer des problèmes mécaniques récurrents. « Nous avons doublé cinq autos et nous étions juste derrière Robby Gordon. Mais, au km 50, le système de dégonflage avant droit a lâché et la roue s’est dégonflée. Un peu plus loin, c’est l’arrière gauche qui s’est dégonflé mais nous avons alors branché directement le compresseur sur le tuyau pour regonfler la roue. Malheureusement, 50 kms plus loin, en ligne droite, elle a explosé. Nous avons été contraints à nouveau de nous arrêter et de la changer… » précisait hier Ronan. Malgré ces fâcheuses péripéties, le team termine 26ème sur l’étape.

Aujourd’hui, direction le Chili ! Les concurrents franchiront la Cordillère des Andes par le Paso Sico situé à 4800 m d’altitude. Le départ de cette 8ème étape sera donné à 11h50 (15h50 HF). Au programme, une spéciale de 302 kms entre Salta et Calama au Chili. Sur ce parcours composé de pistes rapides, les pilotes seront très sollicités.

Ronan Chabot revient sur la 7ème étape :
« Nous sommes partis pour une spéciale de 520 kms très rapide, avec de nombreuses pointes à 185 km/h. Nous avons doublé cinq autos et nous étions juste derrière Robby Gordon. Mais au km 50, le système de dégonflage avant droit a lâché et la roue s’est dégonflée. Un peu plus loin, c’est l’arrière gauche qui s’est dégonflé mais nous avons alors branché directement le compresseur sur le tuyau pour regonfler la roue. Malheureusement, 50 kms plus loin, en ligne droite, elle a explosé. Nous avons été contraints à nouveau de nous arrêter et de la changer… Depuis le début du rallye, nous n’avons eu qu’une seule belle journée, la deuxième. C’est dur, nous voulons nous battre et faire de beaux résultats car nous avons la voiture pour signer de beaux temps mais rien n’y fait… Il est temps que la poisse nous lâche ! La fatigue s’installe et c’est vraiment difficile de ne pouvoir nous exprimer. Demain, nous passons la Cordillère des Andes par le Paso Sico à 4800 m et nous arrivons au Chili. J’espère que de l’autre côté des Andes, le Dakar va enfin nous sourire ! »

Carlos Sainz revient sur sa victoire d’hier :
“L’étape était un mélange de passages très rapides et d’autres particulièrement techniques. Ce n’était pas les conditions idéales pour notre buggy donc je suis assez surpris par cette victoire. Cela montre de quoi est capable l’équipe quand tout s’enchaine parfaitement. Une chose est sûre, nous avons poussé loin les limites et nous allons faire tout ce qui est possible jusqu’à la fin de l’épreuve. »