Alors que le défi est de taille et que le stress et la fatigue doivent commencer à se faire sentir, Philippe a, à la vacation du jour, la voix claire des gens heureux en mer. Il faut dire que depuis le coup d’envoi, le skipper de PRB fait la course dans le groupe de tête !   

Durant ce mois de course, Philippe a parcouru 3 789 milles soit environ 126 milles par jour. Et sur les dernières 24 heures de course, PRB a progressé à la vitesse de 4,7 nœuds. Mais à bord de son  Rusler 36, Philippe n’a que faire des statistiques, ce qu’il souhaite, c’est négocier au mieux ses premiers jours de navigation dans l’hémisphère sud. Et visiblement, les leaders de la Golden Globe Race ne sont pas ménagés par la météo. Ils essuient en ce moment le plus fort coup de vent qu’ils ont connu depuis le départ. Philippe a relevé plus de 30 nœuds cette nuit et tente de poursuivre sa descente vers le sud est avec un vent orienté lui aussi au Sud Est… Une équation pas simple qu’il prend avec philosophie. Son bateau n’a connu aucune avarie depuis le départ des Sables d’Olonne et Philippe peut donc se livrer pleinement à une belle bataille en tête de la flotte. Il progresse toujours non loin de Jean-luc Van den Heede qui constitue comme lui l’un des grands favoris de la course. VDH a d’ailleurs pris la tête ce matin pour un petit mille…

Mais au-delà de la météo, c’est le positionnement dans cet Atlantique Sud qui va être difficile à anticiper sans aucun moyen moderne de communication. Les skippers doivent en effet négocier le système de haute pression qui leur barre la route avant de pouvoir gagner les 40ème rugissants. Les placements vont donc devenir cruciaux et lorsqu’on regarde la carto, on voit que tous n’ont pas fait le même choix. Philippe progresse sur une route médiane, légèrement dans l’ouest de VDH tandis que Mark Slats qui était il y a quelques jours encore aux trousses des deux leaders a choisi de se décaler totalement dans l’ouest vers la corne du Brésil.

Affaire à suivre…                                                     

 

Philippe à la vacation du jour :

 « On est dans l’Atlantique sud, tout ne se passe pas trop mal. On a pas mal de vent. Cette nuit, j’ai eu un bon grain avec une trentaine de nœuds de vent de sud est. Et je dois faire du sud est… C’est toujours les mêmes histoires (rires). Je pensais que ce n’était qu’un grain mais finalement ça a duré toute la nuit. Cette nuit je suis resté sous un ris et trinquette. Il y avait un bon trente nœuds. Et depuis ce matin, j’ai renvoyé le solent car j’étais sous yankee. Là, ça a un peu baissé. On a 25 nœuds mais la mer est très croisée. Ça tape un peu. Ça bouge beaucoup, le bateau gigote énormément mais ça va. Je n’ai aucun problème à bord du bateau, tout va bien. Evidemment vous me manquez tous mais tout va bien ! »

   

 Classement le 25 juillet à 12h30 :
1 – Jean-Luc Van den Heede (France) à 21 534 milles de l’arrivée  

2 – Philippe Péché (PRB) à 1 mille

3 – Uku Randmaa (EST) à 376 milles

4 – Susie Goodall (Royaume-Uni) à 383 milles

5 – Tapio Lehtinen (FIN) à 385 milles