Après un mois de chantier à Port-la-Forêt, l’IMOCA PRB a retrouvé ce matin son élément. A 74 jours du départ de son premier tour du monde en solitaire, Kevin Escoffier n’a désormais qu’un seul objectif, naviguer le plus possible ! Dès la semaine prochaine, il reprendra le chemin des entraînements avec le Pôle Finistère Course au Large, puis participera au Défi Azimut à Lorient du 9 au 13 septembre.  

 

Un maître mot, fiabilité

Pas de grands changements apportés à l’IMOCA PRB durant ce chantier estival, mais un check up complet et quelques renforcements, notamment au niveau de la cloison de barre d’écoute qui s’était décollée durant la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne, remettant même un temps en cause la course de Kevin. « Sur la Vendée Arctique, j’avais subi une rupture de la cloison qui s’était décollée du fond de coque sur près 2,5m. Nous l’avons réparée, mais aussi renforcée car on ne veut surtout pas prendre le risque que cela se produise à nouveau sur le Vendée Globe. On a également fait le choix de renforcer les paliers arrière de quille suite aux incidents qui sont survenus sur d’autres bateaux durant la Transat Jacques Vabre. » explique le skipper de PRB. Dernier chantier avant le départ du tour du monde, celui-ci a aussi été l’occasion de vérifier entièrement le monocoque, « Toujours dans cet objectif de fiabilité, nous avons réalisé un contrôle complet du bateau et en particulier des systèmes de foils modifiés cet hiver. »

 

Naviguer et encore naviguer  

Désormais amarré aux pontons de Port-la-Forêt, l’IMOCA PRB naviguera ces deux prochains jours pour valider les aspects techniques, puis viendra l’heure de la rentrée des classes avec le Pôle Finistère Course au Large, « L’objectif c’est de naviguer au maximum d’ici la mi-octobre. Dès demain, nous allons sortir pour tester les nouvelles voiles de portant que nous venons de recevoir, puis j’enchaînerai avec un premier stage mardi prochain. » Après quoi, Kevin retrouvera la compétition à l’occasion du Défi Azimut, dernière régate avant le Vendée Globe. Rassuré en termes de performance sur son monocoque, mais aussi sur sa capacité à gérer le bateau en solitaire avec sa 5è place obtenue sur la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne, il s’agit désormais pour le skipper de PRB de faire ses gammes, tout en veillant aux moindres détails, « Tous les dossiers sont lancés, j’ai presque envie de dire que les dés sont jetés. Maintenant, il faut assurer, ne pas faire de bêtises. Penser aussi à l’avitaillement, au matériel de rechange que je vais prendre à bord et travailler la météo pour continuer à imaginer le parcours qui va être fait cet hiver… »

 

D'ici là, rendez-vous est pris du 9 au 13 septembre pour le Défi Azimut, dernière course avant le Vendée Globe !