Demain à 15h30 Kevin Escoffier prendra le départ de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne à laquelle participent 20 bateaux. Dernière grande confrontation avant le Vendée Globe, cette course imaginée par la classe IMOCA pendant le confinement est l’occasion pour le skipper de PRB d’éprouver son 60’ en conditions de course après un important chantier hivernal. L’occasion aussi d’engranger de précieuses heures de compétition en solitaire face à une bonne partie des adversaires que Kevin retrouvera le 8 novembre prochain sur la ligne de départ du Vendée Globe.

Une épreuve inédite en tout point

« C’est étonnant d’être toujours à Port-la-Forêt avec les petits copains de pontons ! » commente Kevin. Il est vrai que les préparatifs de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne qui s’élancera ce samedi à 15h30 sont loin d’être habituels… Alors qu’en temps normal les skippers et leurs équipes se retrouvent aux pontons de la ville de départ, c’est dans leur port d’attache et chacun de leur côté, qu’ils se préparent, crise sanitaire oblige. « J’ai un peu l’impression de partir pour un entraînement avec le Pôle Finistère Course au Large, sauf que ça va durer plutôt 15 jours que 48 heures ! Mais, même si les conditions sont particulières, il faut se mettre dedans psychologiquement. Et pour ça, il est important de se créer une petite routine quotidienne notamment avec les briefings météo et la préparation des roadbooks sur lesquels je travaille avec Marcel Van Triest et Nicolas Lunven (son co-skipper sur la Transat Jacques Vabre). » Côté parcours, les organisateurs ont fait le choix d’innover en proposant aux concurrents une boucle de 3 600 milles dans l’Atlantique avec deux marques de passage, l’une en Islande, tout près du cercle polaire, l’autre au large des Açores. Et cela n’est pas sans déplaire au skipper de PRB. « Ça change, c’est sympa d’aller sur des routes différentes, ça nous permet de sortir des sentiers battus ! On va rencontrer un peu toutes sortes de conditions, c’est vraiment bien d’avoir quelque chose de complet pour valider les bateaux ! ». Envisagé dans les deux sens, le parcours se courra finalement du Nord vers le Sud comme l’a annoncé hier la direction de course lors d’un dernier briefing météo. C’est donc au près que la flotte rejoindra l’Islande avant de redescendre vers les Açores pour ensuite mettre le cap sur les Sables d’Olonne qu’elle ralliera après une douzaine de jours de course.

 

PRB, 05 June, 2020. Navigation, onboard

 

 Valider les modifications hivernales et engranger des milles en solitaire

« C’est super d’avoir un peu de temps de compétition car c’est ce qui nous manque pour le moment pour être prêts le 8 novembre ! " A 24 heures du départ, Kevin ne cache pas son impatience de renouer avec les sensations du large et la compétition. Plus encore c’est la navigation en solitaire qu’il vient chercher sur cette Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne. « Moi j’ai toujours ce manque d’expérience en solitaire. Depuis le déconfinement, j’ai essayé de naviguer au maximum mais ce n’était jamais en solo, cette course tombe donc à point nommé dans ma préparation. » Ces 3 600 milles de parcours permettront également au Breton d’éprouver son 60’ après un long chantier d’hiver « Nous sommes toujours en cours de validation, il faut faire des milles pour pouvoir tout valider. Mais pour l’instant, je n’ai aucun regret sur ce qu’on a pu faire, que ce soit au niveau de l’électronique, ou de l’ergonomie. Le bateau est très propre. Il avait besoin de ce chantier, de ce petit coup de frais. Tout ce qu’on a fait fonctionne, rend le bateau plus facile à naviguer, plus confortable et aussi plus solide. » Des perspectives encourageantes pour Kevin qui, même s’il ne s’est pas fixé d’objectif sportif précis, compte bien batailler aux avant-postes « Je vais essayer de rester devant les anciens bateaux optimisés et de tenir le rythme des nouveaux bateaux sans sur-exploiter PRB. Le but n’est pas de casser. Si j’arrive à naviguer proprement, le résultat suivra. La course s’annonce très intéressante, il me tarde d’y être ! »

Kevin quittera les pontons de Port-la-Forêt cet après-midi vers 15h00 afin de rejoindre la ligne de départ devant les Sables d’Olonne. Un convoyage qu’il effectuera en équipage avec deux membres du team technique, Damien Guillou et Loïc Féquet, avant de se retrouver seul aux commandes de PRB pour sa première course en solitaire.