La deuxième étape disputée hier était annoncée comme une spéciale de transition, sans grande difficulté et où la navigation n’était pas l’essentiel. 275 km de spéciale après un peu moins de 500 km de liaison entre Resistencia et San Miguel de Tucuman. Au final, elle aura été le premier gros obstacle pour le duo Chabot / Pillot. Avec une direction assistée cassée, les hommes de PRB finissent l’étape à la 20ème place à 28’28’’ de Sébastien Loeb, vainqueur hier. Le pilote Peugeot s’offre une entame de Dakar très remarquée en prenant la tête du général dès cette deuxième étape.
« Nous sommes partis sur un plateau très très rapide et très cassant en raison des pluies intenses qui sont tombées il y a quelques jours en Argentine. Les terrains étaient un peu défoncés et à partir du kilomètre 40 nous avons perdu la direction assistée. Sur une voiture de course c'est compliqué, la direction devient un bout de bois et les retours de volants sont violents. C'était une spéciale relativement droite, sans obstacle annoncé et sans sable. Nous avons pris la décision de la finir sans réparer. Nous perdons une vingtaine de minutes, nous aurions pu en perdre beaucoup plus. Mais nous avons utilisé notre Joker sur ce Dakar. Nous avons traversé des végétations très denses et une succession de bourbiers, on rentrait littéralement dans des mares de boue. Sans direction assistée, on ne pilote pas comme on veut… Donc à part le fait de ne plus avoir de « bras » à l ‘arrivée, nous en sommes sortis ! Heureusement, nous avons un kiné dans le Team et avec les deux avant-bras bandés ce soir, tout devrait être rentré dans l'ordre après la nuit » explique Ronan Chabot.
A bord de leur Toyota Hilux, Ronan et Gilles seront les 20ème à s’élancer aujourd’hui peu avant 14h (heure française) pour la troisième étape de ce Dakar 2017. Une étape durant laquelle la navigation sera clé. La spéciale, entièrement disputée en Argentine, fera 364 km entre San Miguel de Tucuman et San Salvador de Jujuy. Et la portion de liaison sera de 416 km. Les pilotes vont commencer à monter en altitude et devront faire preuve d’endurance, de lucidité et de vigilance notamment lors des traversées de rios. « On se fait un point d'honneur à rattraper les minutes perdues hier » a annoncé Ronan Chabot en quittant le bivouac de San Miguel de Resistencia.