3e étape : San Jose-Chilecito (Argentine)
Liaison : 258 km. 
Secteur chronométré : 284 km
Classement étape : 9e. 
Classement général : 13e.

9e d’une étape de transition entre San Jose et Chilecito, Ronan Chabot et Gilles Pillot abordent dans les meilleures conditions qui soient le passage vers le désert d’Atacama au Chili.

Si la 3e spéciale du rallye a permis aux concurrents du Dakar de reprendre leur souffle, pour l’équipage du team PRB Opteven SMG elle fut l’occasion de passer à l’offensive, et de marquer son territoire. « Nous avons vécu une bonne journée de course », confie Ronan Chabot.

Sur des routes montagneuses, l’équipage s’est joué des pièges de la navigation à la sortie des oueds pour hisser le buggy n°320 en 9e position. Une performance essentielle avant le passage de la Cordillière des Andes. « Nous sommes partis en forme ce matin », poursuit le pilote des Sables d’Olonne, heureux de signer une spéciale « propre ». Nous étions bien concentrés et nous avons bien roulé. Cette année, nous faisons corps avec la voiture ».

Idéalement placé, l’équipage abordera dans les meilleures conditions qui soient la prochaine étape au Chili. « Nous ne serons plus gênés par la poussière des autres concurrents. Aujourd’hui (mardi, ndlr), nous avons dû prendre des risques pour doubler. Demain, nous aurons une piste claire pour accélérer. »

Les 50 premiers kilomètres de dunes en ligne de mire, Ronan Chabot et Gilles Pillot attendent avec impatience la 4e journée. Un terrain qui s’annonce favorable à l’équipage et au buggy SMG. « Les voitures ont déjà souffert. Tout le monde roule à plus de 100%, mais il faut préserver la mécanique, car elle se souvient de tous les chocs. » Privé pour l’heure de son assistance rapide victime d’une casse mécanique dans la 2e étape, l’équipage est entré dans une course d’endurance. « Nous avons pris notre rythme, analyse Gilles Pillot. Nous avons abordé le rallye avec l’objectif de bien se positionner avant d’entrer dans le vif du sujet, et d’entamer les vraies spéciales de rallye-raid. » Et de rappeler : « Le Dakar n’en est qu’à sa 3e journée. Nous allons défendre notre position le mieux possible pour attaquer dans les dunes. »

Leaders des teams privés, les trouble-fêtes du rallye poursuivent leur marche en avant.


Le mot de Willy Vauchel, mécanicien d’assistance du team PRB Opteven SMG (technicien après-vente Mercedes-Benz, SAGA, à Villeneuve-d’Ascq dans le Nord) :

« La performance de Ronan et Gilles est bonne pour le moral. Elle nous motive encore davantage. Car la fatigue se fait déjà sentir, nous ne sommes pas habitués à une telle chaleur. Je ne pensais pas que la course était si difficile. On intervient sur le buggy jusqu’à 4h30 ou 5 heures du matin. Je n’imaginais pas qu’il y avait autant de vérifications et d’entretien à réaliser même après 300 km de spéciales. Paradoxalement, les étapes courtes nous réservent parfois le plus de travail, avec en début de course un changement d’échappement, de radiateur d’huile et de soufflet de cardan en une seule nuit. »