Pour PRB, le Dakar était une découverte l’an dernier. En apposant son logo sur la voiture de Ronan Chabot et Gilles Pillot aux côtés de plusieurs autres partenaires dont certains d’envergure internationale, la société vendéenne prenait le départ de son premier rallye raid. Une expérience incroyable vécue intensément par un sponsor plus habitué aux océans du monde qu’à ses pistes.

 

Mais en vérité, est-ce si différent ? Car que ce soit sur terre ou en mer, c’est toujours l’engagement auprès d’hommes passionnés qui a guidé PRB. Dans cette continuité, PRB va s’aligner pour la deuxième année consécutive sur le plus grand rallye raid du monde.
« Nous avons découvert le Dakar de l’intérieur l’an dernier en accompagnant Ronan et Gilles. C’est un vrai défi, une très belle aventure. On retrouve d’ailleurs beaucoup de similitudes dans l’engagement humain que nécessitent ces projets qu’ils se déroulent en mer ou sur terre. Le Dakar comme le Vendée Globe est un défi en lien direct avec la nature. J’ai le sentiment que l’esprit qui règne sur ce rallye est assez proche de l’esprit qui anime la voile notamment au niveau du respect entre les concurrents. Et puis, bien sûr, il y a la compétition et ça, chez PRB, c’est aussi ce qui nous intéresse. On aime relever les défis. C’est pourquoi nous sommes ravis de repartir à l’assaut du Dakar et en plus, avec une voiture à nos couleurs ! » explique Jean-Jacques Laurent président du directoire de PRB. Le buggy de Chabot et Pillot a été en effet totalement décoré cette année en orange, couleur symbolique de la société vendéenne.
Routes escarpées, paysages de dunes à 360°, pistes rapides, virages en équerre, sable, fesh fesh (sable mou des régions désertiques spécialement redouté des compétiteurs), étapes marathon…. Le buggy PRB va rencontrer toutes sortes de conditions entre l’Argentine, le Chili et la Bolivie. Au programme 9 000 kms (4533 kms de liaison et 4578 kms de spéciales) d’une course intense où la précision, la gestion de la mécanique et de la fatigue seront les clés de la réussite. Si Ronan Chabot est un pur amateur (il gère, dans la vie de tous les jours, plusieurs concessions automobiles), son expérience (13ème Dakar) associée au savoir-faire de son co-pilote, Gilles Pillot, lui permettent d’afficher des ambitions très claires. « L’an dernier, nous avons rencontré des soucis de jeunesse avec ce buggy. Depuis, nous avons eu le temps de bien le développer. Nous avons apporté de grosses modifications notamment au niveau de train de roulement des amortisseurs qui sont désormais beaucoup plus efficaces dans les parties cassantes. Ce parcours 2015 est beaucoup plus favorable pour les buggys. Il était très montagneux l’an dernier. Cette fois, on a beaucoup plus de grands espaces plus propices pour nous que les routes à flanc de ravins. Je pense que l’on peut faire de belles choses ».
Son expertise du plus grand rallye du monde lui fait aussi garder les pieds sur terre. « Attention, on sait que le Dakar est toujours très ouvert. Tout peut se passer y compris le pire. Car il y a toujours plus de 50% d’abandon en voiture. Il y a toujours beaucoup d’inconnu quand on prend le départ de cette course » ajoute-t-il juste avant de prendre l’avion pour rejoindre Buenos Aires pour les derniers contrôles et les ultimes formalités.
Le coup d’envoi de cette édition sera donné dimanche 4 janvier de Buenos Aires en Argentine pour une arrivée, au même endroit, le samedi 17 janvier.

Vincent Riou, un supporter de choix !
Vincent Riou, le skipper de PRB, rendra visite à Ronan et à Gilles. Pour la première fois, le Breton se rendra sur le Dakar. Il s’immergera pour quelques heures dans l’ambiance si particulière de ce rallye raid. Ce sera environ la mi-parcours pour Ronan et Gilles puisque Vincent les rejoindra à Iquique au Chili pour passer avec eux la journée de repos le 12 janvier prochain au cœur du bivouac.