Au classement général, le buggy SMG #312 de l’écurie Red Bull remonte à la 20ème place. Après 10 jours de course, le duo Chabot/Pillot soutenu par PRB prouve que la course n’est pas terminée tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie. Et ce n’est pas Carlos Sainz, qui évolue dans la même écurie SMG Red Bull, qui dira le contraire.

En effet, comme sept autres concurrents, l’équipage Sainz/Gottschalk a dû abandonner la course du jour. A 15h heure locale (19h HF), lors de la liaison de la double spéciale, le buggy SMG #303 a fait une sortie de route. L’aventure sur le Dakar 2014 pour le pilote espagnol 27 fois vainqueur d’étape et son co-pilote s’arrête ici. Le duo avait pourtant fait une belle remontée sur la première spéciale du jour qu’ils ont bouclé à la 3ème place, et ce malgré un départ en 15ème position. Preuve une fois de plus que Carlos Sainz et Timo Gottschalk étaient dans le coup.

Aujourd’hui, Ronan Chabot et Gilles Pillot prendront le départ de la 11ème étape à 10h06 heure locale (14h06 HF). Ils seront 70 concurrents en auto à s’affronter sur les 605 kms de spéciale entre Antofagasta et El Salvador. Grâce à son résultat sur l’étape précédente, l’équipage Chabot/Pillot entamera ce parcours chronométré à la 8ème place. Sur cette étape considérée comme l’étape de référence par la direction de course, les équipages devront négocier avec les rios et les dunes de sable du désert d’Atacama et de la région du volcan de Copiapo. Après 10 jours de compétition et à deux jours du finish, la prudence et la vigilance sont de mises !

Ronan Chabot revient sur la 10ème étape : « Nous sommes partis 61èmes et nous croisons la ligne d'arrivée en 8ème position ! Ce matin, dans les 30 premiers kilomètres, il n'y avait pas de vent et il était impossible de doubler alors que nous étions derrière des dizaines de camions, des dizaines de voitures... Arrivés dans les dunes, j'ai mis à fond et à la sortie, au CP2, nous étions 5èmes ! Ensuite, nous avons perdu 3-4 minutes à tourner en rond pour trouver un way point. J'ai bien roulé et je me suis vraiment fait plaisir. L'auto marche super bien et je suis très à l'aise au volant du buggy. La spéciale était belle ! C'était tellement agréable de retrouver le sable que j'en aurais voulu plus, le reste était sablonneux et avec du fesh-fesh. Nous avons retrouvé le bon wagon. Demain, nous allons donc partir dans les dix premiers ce qui va nous permettre d'attaquer d'entrée de jeu. En arrivant au bivouac, j'ai appris l'accident de Carlos (Sainz) sur la liaison. Je suis vraiment désolé pour lui, Timo et l'équipe mais heureux qu'ils ne soient pas blessés. "

Carlos Sainz revient sur la 10ème étape : « Je suis vraiment déçu d’avoir fait une sortie de route et cela montre bien que le Dakar réserve toujours des surprises. Nous étions à court d’essence après la première section de la spéciale. Les dunes de sable nous ont fait consommer beaucoup de carburant. Nous sommes sortis de la piste pour trouver une pompe à essence et ensuite nous nous sommes précipités pour revenir sur la ligne de départ de la seconde partie de la spéciale. 500 mètres après la pompe à essence, nous n’avons pas vu le virage qui était caché par une crête. Nous sommes allés tout droit. Nous avons continué à rouler quelques minutes mais malheureusement, Timo ne pouvait pas cette fois-ci réparer le buggy pour que nous reprenions la course. Dans la vie, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver. Et c’est incroyable de quitter la course de cette façon. »